Home Economie MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS : DE PLUS EN PLUS DE DOLLARS POUR...

MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS : DE PLUS EN PLUS DE DOLLARS POUR LES ROUTES MOUSTAPHA NAITE, UNE JEUNESSE DE PLUS EN PLUS RARE A CE NIVEAU DE RESPONSABILITES

3688
0

Celui que ses amis avaient surnommé ‘’Musto’’ n’a pourtant pas un caractère de militaire. Certes, ses premiers mois à la tête du Ministère des Travaux Publics avaient toutes les allures d’une opération Commando de nettoyage : annulation de certains marchés, lancement d’une campagne contre les gros porteurs malhonnêtes …… Le message du Ministre était clair : plus d’amateurisme et de petites magouilles au sein d’un Ministère essentiel au cœur de l’Agenda Présidentiel. Et jusqu’à ce jour, il maintient le cap. Ceux qui le côtoient sont d’abord étonnés par sa fraîcheur, due sans doute à une Jeunesse de plus en plus rare à ce niveau de responsabilités. D’une simplicité déconcertante, l’homme est vif, doté d’une intelligence que lui reconnaissent ses anciens collègues du Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi-Jeunes d’où il est parti pour occuper le poste de Ministre des Travaux Publics. C’est donc à la fois un homme jeune, intelligent et d’expériences, qui est chargé de gérer la politique des Travaux Publics de Guinée en ces moments d’Emergence économique et de lutte contre la Pauvreté. Ainsi, l’actualité en Guinée, où de plus en plus le BTP occupe le devant de la scène. Plusieurs grands chantiers routiers sont en cours dans le pays, avec comme objectif principal de relier les capitales politiques et économiques, Guinéennes, et surtout aux principales routes et capitales de la CEDEAO. Entre ressources internes et externes, en 2019, ce sont plusieurs milliards de francs guinéens, qui sont alloués aux Travaux Publics dont pratiquement des milliards consacrés aux investissements. Un montant qui bénéficie de contributions extérieures importantes, en augmentation de près de 100% par rapport à l’année d’avant 2011, où les dépenses d’investissements, ressources internes et externes incluses, étaient portées à un montant important. Le Ministre parle de 2,2 milliards de dollars. Pourtant ces ressources aussi importantes soient-elles, demeurent pour six (6) mois insuffisantes quand on les compare aux dépenses d’investissements du secteur dans les pays voisins. D’après les experts du Ministère des Travaux Publics, il faut environ 6 milliards de dollars aux Travaux Publics, répartis entre les dépenses de fonctionnement du Ministère des Travaux Publics et les dépenses d’investissements. Mais déjà, cette somme considérable permet d’assurer un fonctionnement minimal des routes. Les évolutions remarquables du budget alloué aux investissements dans les routes depuis 2011 traduisent la volonté des Pouvoirs Publics, notamment du Président de la République, le Professeur Alpha Condé, de résoudre les problèmes d’infrastructures. En matière d’entretien routier également, au fil des ans, le Fonds d’Entretien Routier (FER) mobilise de plus en plus de moyens. Certes, les besoins sont énormes : au regard de plus de 81% de la dégradation du réseau routier, soit 1.760.575 m² d’entretiens courant et périodique. Pour répondre à ses besoins de plus en plus importants au fur et à mesure que les routes se créent, des milliards de francs guinéens sont mobilisés en 2019 issus des efforts internes, de l’apport des Partenaires Multilatéraux et des Pays amis. Pour pallier cette insuffisance de ressources, les techniciens du Ministère des Travaux Publics rivalisent d’astuces, comme par exemple, ne pas prendre en charge ces réhabilitations ou encore remplacés très souvent l’entretien périodique qui coûte cher (des millions de francs par kilomètre pour les routes bitumées), d’autres millions pour les routes en terre ou les routes rurales. Dans tous les cas, les fonds mobilisés tous les ans pour l’entretien routier sont de plus en plus importants et l’activité d’entretien routier commence à se structurer en Guinée. Depuis 2011, c’est donc dans une situation de croissance exponentielle en 2019, de ressources que se trouve le secteur routier en Guinée. Avec sans contexte, l’un des réseaux routiers les plus structurés et les plus denses, dans les années à venir. Les planificateurs repartissent le réseau Guinéen huit (8) grandes catégories :
– Routes Nationales bitumées : 1136,67 Km
– Routes réhabilitées : 2366,18 Km
– Routes Préfectorales et Communautaires : 5215,46 Km
– Voiries urbaines bitumées : 540,45 Km
– Ponts sur les routes PC : 2690,3 ml
– Ouvrages de franchissement : 3215 ml
– Dalots : 158 Unités
– Bacs et Ponts Secours : 23 et 5 Unités
Ces routes ont une grande importance économique, car elles facilitent les échanges commerciaux entre les zones de production et les zones urbaines.
Don de Dieu Agossou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here