Home Guinee IRIS: QUE DEVIENT IBRAHIMA SORY SYLLA ?

IRIS: QUE DEVIENT IBRAHIMA SORY SYLLA ?

18
0

C’est reparti ! Après des années de vaches maigres, les investissements pour les passeports, commencent à retrouver de la vigueur. Les deux premières années de IRIS, la Société Malaisienne, ont montré de la voie malgré les intoxications des concurrents voulant nuire à son audience internationale. Reprise économique aidant, les investissements nets annoncés seraient en hausse globale de plus de 4%. Ce qui renforce son inexorable suprématie et doit pouvoir lui faire adjuger le gâteau soumissionnaire de l’éventuel appel d’offres de la Carte d’Identité Nationale.

Une embellie générale courtisée par les pays de la sous-région en matière de biométrisation de la pièce d’identité nationale. Et si Ibrahima Sory Sylla, l’interface de IRIS en Guinée, l’infatigable manager, malgré tous les coups tordus reçus n’a pas toujours le sourire et reste toujours optimiste en raison de la confiance dont il bénéficie de la part du Gouvernement et en particulier du Président de la République, le Professeur Alpha Condé qui a bâti son 2ème mandat sur l’autonomisation des femmes et des jeunes. Sauf mauvaise surprise, le secteur ‘’biométrisation Etat-Civil et passeport’’ a toutes les chances de bien se tenir.

Le regain de confiance des citoyens selon un spécialiste, qui a requis l’anonymat, devrait avoir un effet certain sur les dépenses et limité sur les taux de fréquentation de la Banque agréée en la circonstance et de l’Agence IRIS logée au siège du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, ‘’taux relativement très bons’’ en volume en fin Octobre 2019. Les nouveaux comportements des citoyens (fractionnement des congés, vacances à la carte, arbitrage en faveur d’activités au détriment des loisirs, bourses d’études) vont toujours se renforcer obligeant IRIS à se restructurer. Surtout que les citoyens recherchent toujours une offre innovante de proximité, au regard de la distance parcourue. Jusqu’à présent, les produits biométriques vivaient un cycle de 25 ans. Avec IRIS, ils vont désormais tourner entre 1 à 5 ans. Surtout que les infrastructures biométriques ne sont pas encore en surcapacité en Guinée. Dynamique dans le reste du monde, le marché de IRIS quoique pas aussi terne en Guinée, est au niveau mondial dans une phase de redémarrage qui parait durable. Heureusement, malgré quelques turbulences accidentelles, le passeport biométrique reste le truc miraculeux où David peut faire la nique à Goliath surtout s’il est bien préparé et avec Ibrahima Sory Sylla, le Grand, c’est le cas quoique souvent absent.

Don de Dieu Agossou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here