Home Economie Ansoumane KABA, roi du BTP en Guinée

Ansoumane KABA, roi du BTP en Guinée

Après trente années au service de l’Etat et des collectivités, le Groupe GUITER, fondé en 1989 par l’homme d’affaires Ansoumane KABA, s’impose comme la première entreprise de BTP en Guinée.

L’entreprise familiale peut se vanter d’avoir réussi là où beaucoup ont échoué dans le contexte politique d’un socialisme hérité d’Ahmed Sékou Touré – le père de l’indépendance de la Guinée – de l’époque qui n’était pas forcément favorable à l’émergence d’une société individuelle. Le chiffre d’affaires de GUITER a largement dépassé les milliards de franc guinéen.Même si le fondateur n’est pas homme à communiquer sur ses gains et pertes, force est de reconnaître que pour réaliser cet exploit, il lui a fallu consentir d’énormes sacrifices, s’armer de beaucoup de courage et de patience. Comme disait Louis XIV, « c’est toujours l’impatience de gagner qui fait perdre ». Autant dire que « pour gagner, il faut accepter de perdre », dixit Luis Fernandez.

Alors que dans les Etats voisins frontaliers les gros chantiers sont confiés le plus souvent à des entreprises étrangères à l’instar des mastodontes français de ce secteur, Bouygues et Eiffage, en Guinée, la préférence nationale semble être la règle comme l’explique le PDG de GUITER.

« Pendant ses quinze premières années, le groupe s’est hissé au premier rang des meilleures sociétés de droit guinéen dans la réalisation de pistes rurales et de routes inter urbain sur financement du budget national », évoque-t-il.

Le groupe a poursuivi son développement grâce à sa notoriété et à la confiance des autorités. Ainsi, « après les années 2000, la société a développé une stratégie de recherche de compétences au plan international, en faisant venir des experts cubains et espagnols, afin de qualifier son personnel guinéen et conquérir des marchés financés par des bailleurs internationaux. Ainsi, GUITER a intégré le cercle restreint des sociétés capables de répondre aux exigences des banques locales et des partenaires bilatéraux et multi latéraux », explique son patron.

Face aux contraintes économiques et politiques, l’entreprise s’est adaptée à l’évolution de l’environnement des affaires en Guinée. Elle est passée du statut d’entreprise individuelle à celui de Société à responsabilité limitée (SARL) puis en une Société anonyme (SA). La diversification de ses activités, sa quête de compétences et d’équipement ont suivi cette évolution.

« Notre zone d’activité, en plus d’être une zone agricole est aussi très riche en minerai (or et diamant). Lorsque l’opportunité de reprendre une unité de production de dimant s’est présentée, nous l’avons saisie car certains équipements dans le BTP participent activement aux opérations d’extraction minière. C’est ainsi que depuis huit années, nous avons une mine de diamant, et nous venons également d’acquérir des permis pour la recherche de l’or toujours dans la région de la Haute Guinée. Nous sommes également en train d’acquérir des terres pour la production de maïs et de fruits », poursuit-il.

En fin pour terminer, en matière de protection de l’environnement, le Groupe GUITER est soucieux de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). « La Guinée est à la fois un pays minier important, agricole et un pays où plusieurs cours d’eau africain qui y prennent leurs sources. Certes trois atouts, mais également trois importants défis écologiques majeurs. C’est pourquoi, je veille personnellement au respect des normes nationales et à la prise en compte des recommandations internationalement admises », martèle-t-il.

Par Clément Yao

www.financialafrik.com