Home Economie 10ème FORUM DES MINISTRES DU COMMERCE DE LA ZMAO

10ème FORUM DES MINISTRES DU COMMERCE DE LA ZMAO

30
0

EL HADJ NINGUELANDE DIALLO, CONSUL HONORAIRE D’AUTRICHE, VICE-PRESIDENT DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE AU ZENITH
La balance commerciale de la Guinée ainsi que celle des pays de la zone monétaire Ouest-Africaine (ZMAO) au 10ème forum des Ministres du Commerce de Conakry reflète ses relations traditionnelles du 10 au 13 décembre 2019, avec l’Union Européenne ou les ex-puissances coloniales avec lesquelles il réalise près de 80% de leurs échanges. Améliorer le taux de couverture des importations suppose d’abord qu’ils soient plus dynamiques en matière d’exportation pour en augmenter la valeur ajoutée. Il faudrait ensuite, mieux maîtriser leurs importations en achetant mieux. Pour ce qui est de la ZMAO qui va enclencher la question de la monnaie unique, il faut devoir passer à la vitesse supérieure pour faire face aux défis inhérents aux échéances de 2020 : démantèlement des accords précédents, zone de libre échange, démantèlement tarifaire. Ainsi, les opérateurs économiques Guinéens, dans un réceptif de la place, on été informés des nouveaux services dits de ‘’2ème génération’’ de Afreximbank : d’abord, pour mieux répondre aux besoins des entreprises exportatrices, il faut développer l’approche-client qui implique le développement du partenariat avec le secteur privé. Ensuite, il faudra procéder à l’information commerciale dont l’exportateur a besoin pour repérer des clients. Ce faisant,

Afreximbank va essayer de devenir plus efficace en procédant à l’évaluation de ses actions dont elle va, par ailleurs augmenter le nombre grâce au partenariat privé. Seulement, rien ne figure dans les discussions sur une probable mise en place d’une Maison ZMAO de l’Exportateur qui va confirmer l’adhésion à l’approche-client, et va regrouper tous les intervenants dans l’exportation, dont tous les organismes de financement, les chambres de commerce qui délivrent les certificats d’origine, la Douane, etc… Cependant, au terme de cette visite, durant laquelle, les cadres de l’Institut Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (l’IMAO), l’Institution monétaire de référence, le Ministre du Commerce et de l’Industrie de Sierra-Léone, des relations ont été nouées avec le secteur privé guinéen, dirigé par le Vice-président Ninguelandé Diallo. Mais la sensibilisation faisant défaut, la prudence affichée du secteur privé guinéen à l’égard de la monnaie unique, rappelle que les risques restent élevés à moins terme sur la question de la monnaie unique. Au-delà des assurances que donnait le représentant d’Afreximbank récemment dans ce réceptif hôtelier, il faut retenir les inquiétudes pourtant de Hippolyte Fofack, économiste en chef, Directeur de la recherche et de la coopération internationale de la même Institution au sujet des ‘’Infrastructures qui ne sont pas aujourd’hui à la hauteur. Tous les pays au Sud du Sahara produisent aujourd’hui moins d’énergie que l’Espagne (47.000.000 d’habitants). Ensuite, il faudra s’attaquer aux barrières non tarifaires parfois invisibles mais réelles. Certes, il existe un risque de pertes fiscales ; celles-ci s’annoncent plus importantes en Sierra-Léone, et même ailleurs comme le Zimbabwe, la République Démocratique du Congo où elles sont anticipées (à 1 ou à 2% du PIB). Pour ces pays, poursuit-il, il faudra envisager des mécanismes d’aide pour éviter des dérapages fiscaux. Il faudrait enfin augmenter les capacités de production industrielle des biens, de manière à subvenir aux biens locaux ; autrement dit, les règles d’origine préférentielles censées protéger les PME Africaines et les Industries locales, constitueront un frein à la croissance. Au regard des efforts surhumains pour que la zone de libre-échange continentale Africaine (ZLECA) promue par l’Union Africaine puisse s’accomplir, il faut que le secteur privé guinéen (chambre de commerce et d’industrie, Patronat sous la coupe de Mohamed Papa Hann) puisse s’affirmer. Que peut faire la ZMAO pour rivaliser avec l’Afrique du Sud, le Maroc ou l’Egypte ? En Afrique, le Commerce intra-régional est l’un des plus faibles du monde (16% contre 67% en Europe et 54% en Asie). Des prévisions le portent au double en 2030.

Malheureusement, les pays ont une économie dominée par les matières premières. Surtout que le taux de couverture des importations a atteint près de sept (7) mois d’imports en Juillet 2019 contre 2,4 mois en 2012. Un pays qui a alors pris un tournant stratégique dans le développement du commerce intra-africain est l’Egypte après l’Afrique du Sud selon Fofack, le 2ème pays Africain en matière de performance et de développement industriel. Jadis, l’un des gros importateurs mondiaux de ciment, le Nigéria est devenu en 2016, un exportateur net. Mieux, le commerce intra-régional de l’Afrique du Sud est l’un des plus élevés du continent et qui fait office d’amortisseur vis-à-vis des chocs exogènes. Plus d’un (1) produit sur cinq (5) faisant l’objet des échanges intra-régionaux vient d’Afrique du Sud. Historiquement, l’Afrique du Sud est le pays qui attire le plus d’investissements directs étrangers (IDE) sur le continent. En 2018, elle en a reçu pour plus de 5 milliards de dollars. La présidence du forum des Ministres du Commerce est revenue à la Guinée en particulier le Ministre du Commerce Barry Aboubacar (Big-up), qui a pris acte de la Déclaration Finale de Conakry par son adoption par acclamation. Il a enfin exprimé la gratitude du gouvernement à la Directrice Générale de l’IMAO qui a usé de tout son talent pour l’organisation des Assises de Conakry. Notons qu’une réunion a immédiatement été programmée pour le 15 décembre dernier.

Le Ministre du Commerce et de l’Industrie de la Sierra-Léone, Monsieur Edouard, présent à Conakry accueillera le 11ème forum des Ministres du Commerce de la ZMAO. Il est pourtant paradoxal qu’un tel évènement soit organisé en Guinée et que la presse privée soit laissée-pour-compte. Dommage que Madame Sagno Lopou Lamah, Directrice Nationale du Commerce Extérieur n’ait pas pris même les dispositions pour les commodités alors que les tickets de restauration se distribuaient par copinage.

Don de Dieu Agossou