Société: L’excision des filles, de plus en plus persistante… | Radio-kankan
August 18, 2019

En cette période des grandes vacances, de nomberux parents, faisant fi aux lois du pays, excisent leurs filles avant l’ouverture des classes. Dans la capitale guinéenne, c’est un fait qui crève les yeux dans les quartiers populeux de la capitale.

Et pourtant, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté le 26 novembre 2012, sa première résolution dénonçant les mutilations génitales féminines qui affectent quelque 140 millions de femmes dans le monde. La Guinée, notre pays, avait par le biai de l’Assemblée nationale, votée une loi réprimant cet état de fait dans le pays.

Malgré de multiples sensibilisations et quelques sanctions de ceux qui se rendent coupables, les parents profitent des vacances pour faire exciser leurs filles. Dans les coins et recoins de la capitale, ces pauvres jeunes filles sont visibles et reconnaissables à travers leurs accoutrements : pagnes noués jusqu’à la poitrine, foulard sur la tête avec un fil noir au cou. Un mois seulement suffirait pour la cicatrisation de la plaie. Et hop, s’annoncent de pompeuses fêtes (Soli en Soussou) pour les excisée. A l’occasion les initiées sont bombardées par de nombreux cadeaux composés d’articles divers.

Sur le sujet, nombreux sont les parents qui justifient cet acte, pour l’encadrement sexuel efficient de leurs progénitures. Et pendant que les dénonciations se font ici et là par les spécialistes de la santé qui trouvent que l’excision est source de plusieurs maladies chez la femme, le phénomène persiste de plus bel chez-nous. Coutume ou religion ? allez comprendre…

RKK

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com