SANTE INFANTILE. Sangoyah/ Matoto : Les Pédiatres demandent «l’Etat et les Organisations Sanitaires de contrôler la qualité des aliments et des produits pharmaceutique destinés aux enfants. | Radio-kankan
October 19, 2019

A l’occasion de la célébration du mois de l’enfance à Travers le monde, le jeune médecin pédiatre sous l’instruction de son médecin chef, le pédiatre Dr. Bobo Baldé, a lors d’un entretien avec notre reporter, porté son regard sur la mauvaise qualité du lait , les céréales et les produits pharmaceutiques qui sont à la basse des pathologies des maladies infantile en Guinée.

RKK. Bonsoir Monsieur, veillez-vous présenter et votre clinique S.V.P ?.

PED : Je m’appelle Barry Mohamed Lamine, médecin au sein de clinique de Centre Médical Infantile de Sangoyah.

RKK: Puisque nous sommes dans le mois de l’enfance et que vous êtes pédiatre de formation, quel regard portez-vous sur les maladies récurrentes chez les enfants dans votre clinique ?

Nous pensons que la majeure partie des enfants qui viennent ici surtout pendant les périodes de vacances, ce sont des enfants qui sont atteint des maladies comme la gastenolo aiguiferbrile, des candidosugestrile qui causent des diarrhées et des vomissements chez les enfants, et ensuite parfois le paludisme. Parce que nous sommes dans un pays où le paludisme a beaucoup de taux élevés.

Par rapport aux autres maladies, comment votre clinique arrive à gérer ceux-ci ?.

On enregistre beaucoup de maladies, déjà on a la méningite, en plus les enfants sont exposés à beaucoup d’autres maladies dans notre pays, que nous sommes en train de gérer ici petit à petit. Il y a certaines pathologies qu’on ne peut pas gérer ici, il faut les référer aux CHU pour plus de traitements. Surtout les pathologies qui concernent la surogie pédiatrie des CHU et tant d’autres.

RKK: Comment se porte votre ONG sanitaire ?

Notre ONG elle est une bonne structure et elle évolue dans le cadre de la sensibilisation sanitaire et de l’hygiène publique. Parfois on fait les campagnes d’éducation sur les lavages des mains et comment évitera les maladies de la main sale. (Sangoyah, Sonfonia etc) et aussi la distribution des kits sanitaires dans les écoles. Vraiment on fait notre maximum pour que la santé publique soit bien structurée au sein de notre pays.

RKK: Quelle tache faite-vous pendant cette campagne de sensibilisation ?.

On a constaté beaucoup d’anormalité au sein de la clinique surtout au-bas de notre bâtiment. Il y a tant d’ordures qui sont regroupées par-ci-par-là. Normalement, l’État devrait pouvoir mettre les stratégies pour le ramassage et le transport de ces débets dans les dépotoirs. Parce que ces ordures sont l’origine de la majeure partie de ces pathologies chez les enfants et même chez les grandes personnes. Donc, on rencontre assez de difficultés lors de notre campagne de sensibilisation, parce que les ordures sont partout dans les quartiers de la ville de Conakry.

Nous sommes au terme de notre entretien, un petit message à l’endroit des parents, surtout les maires de ces petits enfants, l’autorité guinéenne et ses partenaires au développement en guise de conseil ?

Nous dirons aux mamans des enfants de faire attention à la manipulation des alimentations des enfants. Parce que la majeure partie des pathologies des maladies des enfants sont liée à leur alimentation. Si l’alimentation de l’enfant est propre, l’enfant peut rarement tomber malade. Mais, si l’alimentation est sale à chaque fois c’est les diarrhées, les vomissements et la fièvre qui se présentent. Donc, nous conseillons aux mamans de donner le lait maternel, au cas échéant, si elles doivent donner le lait artificiel, elles doivent demander conseil à un médecin qui va les orienter et leur dire comment donner l’alimentation. Donc nous conseillons les mamans à la propreté, surtout en lavant les mains avant et après avoir donné les repas aux enfants, laver les mains après des selles et ensuite de respecter des réglés établies par des structures sanitaires pour l’alimentation des enfants. A ne surtout pas oublier l’utilisation des moustiquaires imprégnées qui est primordiale. C’est la meilleure solution pour lutter contre le paludisme. Quant aux institutions de la Santé, comme l »OMS, l »UNICEF,etc, elles sont là pour assister et participé aux activités sanitaires des Guinéennes. C’est un grand pas pour la santé pour tous.

Est-ce que vous avez quelques difficultés à gérera les enfants au sein de votre clinique ?

Nous avons quelques difficultés mais on se débrouille, parce que quand les mamans sont alphabètes, le médecin chef qui est là comprend presque la majeure partie de toutes les langues de la Guinée. On se comprend avec les malades donc on n’a pas de difficultés majeures.

Votre mot de la fin ?

Moi je dirai à l’État aisi que les organisations internationales de nous aider. L’Etat surtout pour la propreté et aussi pour l’alimentation qui est en train de créer des problèmes au niveu sanitaire chez les enfants. Par exemple des laits artificiels destinés aux enfants. Moi je conseil à l’État de contrôler la qualité de ces laits importés et ces céréales que les enfants sont en train de prendre avant se rendre ici.

Faut-il noter que l’ONG a pour objectif la santé des Mères et des Enfants dans le but éradiquer la mortalité infantile mais aussi sauver la vie humaine. Dr Baldé et toute son équipe s’engage à multiplier ses activités pour le bien-être de la population. D’ores et déjà, le personnel tend une main fraternelle à la population et demande une assistance de la part des autorités compétentes afin de bien accomplir la mission qui est la tienne. L »ONG compte multiplier cette sensibilisation dans les autres communes et préfectures de la Guinée.

Entretien réalisé par Mohamed Lamine Dramé

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com