November 17, 2018

A quelques jours du mois saint de Ramadan, les prix des denrées de la première  nécessité restent inquiétant par des populations  notamment en ce qui concerne pour  la  flambée des prix  dans les marchés  guinéens. Comme  à chaque année, quand la période de la soudure arrive. Et, Malgré, les multiples  appels lancés par le du Groupe Organisé des Hommes Affaires (GOHA) dans le pays dans  ces derniers temps à l’endroit des commerçants de ne pas faire l’augmentation des prix.

Ces appels restent froids aux yeux. Par ce que tout simplement, certains  commerçants  ont déjà fait leur augmentation  des prix  bien avant l’arrivée de ce mois béni de Dieu .C’est le cas  du riz notamment  et du sucre par endroit.

Alors, dans nos marchés, un sac de riz qui se vendait à 250 mille francs  guinéens  se négocie actuellement à 280 mille ainsi que  le sac du Sucre, est quant à lui  aussi qui se vendait à 325 mille  se négocie aussi à 335 mille francs guinéens.

Ainsi, le ministre en charge de réglementer le secteur du commerce M. Marc Yombouna a été interrogé chez nos confrères de  mosaiqueguinée.com concernant sur la flambée des prix  à chaque Ramadan. Lisez

 En répondant à cette fameuse question, le ministre du commerce  a reconnu cet état de fait par  certains commerçants,  affirmant que tout ce qu’on pourra faire pour le moment  c’est la sensibilisation.« C’est une sensibilisation que nous allons faire comme toutes les autres années. On appelle les opérateurs économiques,  on les sensibilise, mais comme d’habitude,  on les amène à être solidaires un peu de la population et à ne pas aller dans la surfacturation », a fait savoir le ministre.

C’est dans cet élan que , Marc Yombouno a tenté de convaincre les populations guinéennes tout en se défendant  par rapport à toutes  les accusations portées par ceux-là qui estiment que c’est  le gouvernement d’être à la base de cette augmentation.« Ce qu’il faut reconnaître, que l’Etat ne fait plus le commerce. Donc, c’est la loi de l’offre et de la demande », soutient-il.

Naby Camara

 

No Comments