QUATRIEME REVUE DE LA FACILITE ELARGIE DE CREDIT LA GUINEE, PREMIER BENEFICIAIRE DE L’AIDE PUBLIQUE EN AFRIQUE | Radio-kankan
November 15, 2019

Avec la crise internationale, le Fonds Monétaire International (FMI) dispose de la facilité de financement compensatrice et d’aide au financement pour imprévus afin d’accorder une aide financière complémentaire aux pays membres qui éprouvent des difficultés de balance de paiement exceptionnelles, imputables à un important besoin de financement à court terme à la suite d’une perte soudaine et perturbatrice de la confiance du marché. En effet, les pays pauvres hésitent à avoir recours à ce mécanisme car les fonds empruntés sont au taux du marché.

Ils n’opèrent que par des remboursements. En prélude à l’Assemblée Générale du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale, une Mission s’était rendue en Guinée pour appréhender la situation économique. Une conférence de presse a été organisée le 12 Octobre 2019 au Ministère de l’Economie et des Finances. Pour le Ministre de l’Economie et des Finances, M. Mamadi Camara, la situation est jugée bonne dans le contexte international actuel. Le taux de croissance est satisfaisant. Tandis que pour la cheffe de mission, Albertina Georgina : ‘’Le taux d’inflation a baissé. Il faut donc relancer la croissance et mettre en application des politiques pertinentes pour avoir un taux de croissance plus élevé dans la durée. Il y a encore des réserves de changes qui, selon le Gouverneur de la Banque Centrale, M. Lounceny Nabé, de trois mois au moins qui permettent encore à la Guinée, de faire face aux engagements internationaux, notamment en ce qui concerne le service de la dette et des importations, de même que les autres charges de compte extérieur courant’’.

Une lecture, selon la cheffe de mission qui recommande la nécessité de poursuivre les efforts de rationalisation. Les réformes qui ont été menées et qui ont conduit à cette situation sont satisfaisantes. Il faut donc les approfondir en faisant en sorte que le climat des affaires soit compétitif, que l’environnement soit beaucoup plus favorable et que l’économie soit mieux gérée. Cela suffit-il pour connaître la place dans le monde de l’aide publique reçue par la Guinée ? Là, malgré tout, la réponse de la cheffe de mission est évasive. Surtout que la Guinée se préparait à assister à la prochaine Assemblée Générale du FMI et de la Banque Mondiale, évènement par lequel tous les partenaires seraient présents : USA, UE, PAYS ET FONDS ARABES, BANQUE MONDIALE, ORGANISATIONS MULTILATERALES OU REGIONALES. Pourtant, dans une réponse à un confrère, le Ministre Camara a soulevé le vase en déclarant : ‘’La Guinée est la première dans la région Afrique en aide publique reçue’’. Comme l’a répété à maintes reprises, le Ministre Camara, après l’initiative PPTE, la Guinée doit dépenser un peu plus dans les secteurs qui permettent de créer la richesse et la croissance, en n’occultant pas de dépenser aussi dans les secteurs sociaux comme la Santé et l’Education, voire investir dans le secteur des infrastructures. Par exemple, Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances, comme le souligne ce professeur d’économie, les bonnes politiques ‘’macros’’ sont essentielles mais l’investissement dans les infrastructures est un préalable indispensable.

Comment expliquez le retard du dédommagement des riverains pour les routes ‘’Dabola-Kouroussa, Lola-Zor, frontière Côte d’Ivoire, Kissidougou-Guéckédou, Coyah-Forécariah, Guéckédou-Konebadou, dont les contrats sont signés et paraphés par les partenaires techniques et financiers ?’’.

Le Ministre répond, le Gouvernement vient de prendre des dispositions ; des indemnisations vont commencer la semaine du 14 Octobre 2019 ; le Gouvernement a mis l’accent particulier sur la construction des routes ; le partenariat Sino-guinéen en est un bon exemple avec la rectification des chaussées, les voiries urbaines de Conakry ; un axe qui crée une accentuation des embouteillages.

Comme l’a évoqué jadis, M. Abdoulaye Bio Thane, ex-Directeur du département Afrique du FMI, au sujet de la fiscalité, ‘’le FMI ne demande pas aux Etats d’asphyxier les entreprises. Nos conseils visent avant tout à rationnaliser les impôts, afin que ceux qui doivent les payer s’en acquittent. L’amélioration de l’administration de l’impôt peut permettre justement d’amener ceux qui doivent le payer à le faire. On est toutefois en droit de penser, eu égard aux engagements pris et aux facilités particulières conçues pour l’appui à l’Afrique, qu’un examen du FMI Etat par Etat débouchera sur tous les soutiens financiers de nature à sauvegarder les grands équilibres. En tout cas, on se réjouit du communiqué récent du G7 reconnaissant l’urgence de l’augmentation des quotes-parts du Fonds et de nombreux Accords d’emprunts. Soulignons, la présence de plusieurs personnalités dont le Gouverneur de la Banque Centrale, M. Lounceny Nabé, le Ministre d’Etat à la Présidence de la République, M. Mady Kaba Camara, le Directeur National du Trésor, M. Nabé et des hauts cadres du Ministère de l’Economie et des Finances et de la Banque Centrale comme M. Diallo et M. Djafang Bah. Avec l’accord de confirmation actuel qui s’activait, un nouveau groupe consultatif serait prévu pour examiner l’éventualité de la tranche de 170 millions de dollars. Face à la bonne disposition actuelle du Fonds, la Guinée argue désormais que ce déblocage serait possible à la suite de l’Assemblée Générale. Autant dire que le Gouvernement a gagné une large autonomie dans la conduite de ses réformes notamment la possibilité de mener des réformes structurelles à un rythme plus faible que celui préconisé par le Banque Mondiale ; l’exemple patent de la résiliation du contrat EDG avec VEOLIA le 12 Octobre 2019, incompatible pourtant avec la rupture abusive du contrat LONAGUI – PMU GUINEE pourtant octroyé par le Ministère de l’Economie et des Finances en 2009.

Don de Dieu Agossou
Email : dondedieuagossou@gmail.com

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com