December 14, 2017

Depuis déjà belle lurette, le mal le plus évident de l& Guinée après la pauvreté généralisée des Guinéens de tous bords, reste l’ethnocentrisme qui bat son plein dans le pays. Et pourtant le phénomène n’a pas ses origines dans la gouvernance Condé. A l’heure de l’approche des élections communales et communales, occulter ce sujet brûlant par nos autorités serait un manque total de patriotisme et l’ennemi du peuple de Guinée.

De toute évidence, depuis l’instauration du multipartisme en Guinée par le feu Général Lansana Conté bien avant le sommet de Baule, nos formations politiques, à la faveur du multipartisme intégral dans notre pays, ont quant à elles, créées la notion du multipartisme ethnique. Là où le leader est Maninka, Soussou, Peuhl ou Forestier, plus de 98 pour cent des militants ou sympathisants du parti sont de son ethnie. Même le parti au pouvoir de feu Général Lansana Conté de l’époque qui avait pourtant plus de chance d’avoir un destin national, était devenu prisonnier d’un lobby qui prenait le Pup comme une propriété exclusive des Soussous ou en tout cas, des ethnies de la Basse Côte. Cependant à cette époque, de tous les leaders politiques, Seuls Alpha Condé du Rpg et feu doyen Bâ Mamadou de l’Unr avaient été les premiers leaders à se plaindre contre ce virus dangereux pour le pays. En effet, au tout début de leur mouvement ou parti politique, ces deux hommes politiques avaient dès le départ, acquis l’adhésion de toutes les ethnies de la Guinée. Même si malheureusement, ils avaient finis eux-aussi par succombé aux ravages du maudit virus.

Alors, comment faire pour sortir le pays dans ce cycle infernal ?

Quoi qu’il en soit explicitement admis aujourd’hui, que le Pr Alpha Condé était ethnocentriste ; serait-il une raison suffisante pour que toute la Guinée s’y mette ? N’ya a-t-il pas lieu d’inventer un idéal national auquel chacun aspirerait à partir de valeur supra ethnique ? Dans un premier temps, si nous ne pouvons prendre le seul mérite pour critère de choix, pourquoi ne pas alors choisir à l’extrême, les meilleurs cadres de nos ethnies ? Du pain sur la planche…

Mohamed Sylla
Pour radio-kankan

No Comments