November 17, 2018

La mise en place d’une plateforme pour les paiements et les transactions mobiles ouvre la voie à « l’économie des plateformes » du commerce et des marchés en ligne et à « l’économie du partage », les deux nouveaux moteurs de la croissance dans les économies numériques. Pour que ces deux formes d’économies puissent décoller, la région doit posséder un écosystème entrepreneurial dynamique afin d’aider les entreprises à mobiliser leur créativité et leur énergie en appui à des modèles commerciaux en ligne créateurs de valeur. L’Afrique subsaharienne possède l’une des populations les plus jeunes et les plus entreprenantes du monde, selon l’indice de l’activité entrepreneuriale totale (a), mais, dans la plupart des pays, cet écosystème souffre d’un certain nombre de lacunes : services de tutorat, financements de démarrage, espaces de bureaux, etc. Si l’Afrique ne manque pas d’exemples de réussite dans ce domaine, il faut développer davantage les entreprises technologiques créatrices d’emplois et de débouchés.

Autre condition indispensable : une maîtrise accrue de la culture et des compétences numériques. Cela vaut pour chaque individu, qui doit disposer d’un bagage de base pour pouvoir interagir avec le monde numérique. Pour la plupart des travailleurs, qui sont amenés tous les jours à utiliser des techniques qui requièrent des compétences numériques. Et, a fortiori, pour les entrepreneurs du numérique, qui doivent savoir coder et programmer pour se développer en ligne. Les grandes entreprises de haute technologie et certaines sociétés spécialisées dans l’éducation, comme Andela, interviennent déjà dans quelques marchés clés de l’Afrique pour étoffer ces compétences.

Nous devons mobiliser tous les acteurs nationaux, publics et privés, les organisations régionales et les partenaires de développement pour aider le continent à accélérer son développement durable à l’aide des technologies de la révolution numérique.

Nous sommes déterminés à aider l’Afrique à bâtir son économie numérique et avons hâte de travailler avec les autorités nationales et le secteur privé dans ce but.

Source: blogs.worldbank.org

No Comments