August 20, 2018

C’est aussi élémentaire de rappeler à ceux qui pensent par insinuation déguisée qu’une direction nationale a pour rôle de défendre un quelconque projet de loi à l’hémicycle. C’est du mensonge. Au cours de la semaine écoulée, un site de la place avait écrit un article taillé sur mesure en affirmant « la non-implication »  de l’Autorité de Régulation de Marchés Publics (ARMP), dans le cadre  de la modification du projet à l’Assemblée nationale, relatif  à la loi L/2012/020/CNT du 11 octobre 2012, fixant les règles régissant la passation, le contrôle et la régulation des Marchés publics et délégation de service public.

Il est important d’éclairer la lanterne de l’opinion par rapport à un  tel mensonge dont l’intérêt ne profite qu’aux seuls chercheurs de postes. En effet, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) n’est pas le ministère de l’Economie et des Finances. Elle n’a pas pour rôle d’aller défendre un projet de loi dans une Assemble nationale. Et moins, elle ne siège pas au cours du conseil des ministres en qualité de proposer des solutions pouvant influencer les décisions du conseil.

En outre, l’ARMP appartient à un ensemble de systèmes de marchés publics dont le rôle éminent, faut-il le préciser, est celui de la régulation de la bonne marche de passation de marchés publics.
Elle élabore les projets de textes et propose les modifications des dispositions législatives et règlementaires existante afin de donner son avis sur toutes les modifications proposées au gouvernement…

C’est ce qui donne à l’idée que les pétards de certains sont mouillés, qui pensaient se réjouir, comme ils l’écrivent avec orgueil, « la non-implication de l’ARMP dans une telle démarche », qui consiste à aller « défendre » un projet de modification de loi à l’Assemblée nationale. Ce n’est pas sa mission, et celle-ci est du rôle du ministre de l’Economie et des Finances, qui n’est autre que Malado Kaba.

A méditer !
Nous y reviendrons
Jeanne Sylla

No Comments