December 14, 2017

L’histoire de cette institution, c’est bien connue par le commun des guinéens, qui a fini par énervé le chef de l’Etat, lui-même, en prenant une ultime décision, celle de nommer monsieur Jonas Diallo comme directeur général à l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), dans le but de stabiliser l’institution et de la rendre tranchante dans son objectif, celui concernant la régulation des marchés publics en Guinée.

Certes, il n’est pas étonnant de voir certains nouvellistes, des réels vendeurs d’illusions médiatiques, à jouer un rôle piédestal dans le traitement de l’information, qu’ils en font en leur chou gras. On le sait, cela s’appelle du sensationnel dans la presse, et ça attire les lecteurs conscients, à se distancier du sens commun.
Juste un rappel, monsieur Jonas fut nommé le 27mai 2016 pour sauver l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), dans un contexte qui a été auparavant mis au-devant de la scène par certains medias, dont d’ailleurs l’historique se trouve sur le net.

Avant la nomination de Jonas Diallo comme directeur général à l’ARMP, certaines presses locales révélaient au public que les travailleurs de cette institution avaient des salaires, dépassant à la limite, « les trente et trente-cinq millions de francs guinéens », et alors que certains fonctionnaires guinéens ne prennent à la limite, deux millions cinq mille francs guinéens. Donc à l’issue de cet ébruitement de cette affaire par la presse, le président Alpha Condé aurait automatiquement réagi, à travers un décret, qui a nommé l’actuel directeur général de l’ARMP. C’est comme pour dire que M. Jonas Diallo serait en train de subir la conséquence de sa nomination à la tête de cette institution. Et toute mission difficile, il faut forcément retenir qu’il en aura des cris, mais des cris anormaux.
Nous y reviendrons

par Augustin Kapo

No Comments