August 21, 2017

Alors que le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation Ibrahima Kalil Konaté annonce qu’aucun étudiant guinéen ne sera orienté cette année dans les universités privées du pays, le fondateur de la plus grande institution d’enseignement supérieur privé du pays monte au créneau.
Dans une interview réalisée mardi à Conakry Dr Ousmane Kaba a fait une mise au point.
Guineeinfomonde.com : bonjour Dr Ousmane Kaba. Le ministre de l’enseignement pré-universitaire vient d’annoncer que cette année aucun étudiant ne sera orienté dans les universités privées quelle est votre réaction ?
Dr Ousmane Kaba
D’abord je crois qu’il est ministre de l’enseignement pré-universitaire et non des universités, c’est la première remarque tout de même il est membre du gouvernement. Peut-être qu’il veut tester les idées du gouvernement parce que ce gouvernement n’a que des idées anti-secteur privé. Ma première réaction va être celle du fondateur de l’université Koffi Annan, la toute première université privée et la plus grande du pays. Il faut rappeler que Koffi Annan a existé avant les problèmes de bourses de l’Etat, elle existe depuis 1999 et les bourses ne sont arrivées qu’en 2006. Donc Koffi Annan existera avec ou sans les bourses de l’Etat… Mais en tant que président de la CRESUP la chambre représentative des universités privées… Je trouve que c’est une mauvaise décision, pourquoi ? Parce que l’Etat n’a pas suffisamment d’infrastructures pour recevoir tous les étudiants bacheliers. Déjà l’année dernière, les 30 000 qui ont été orientés dans les structures publiques n’ont pas de places pour s’asseoir. La qualité des cours s’est énormément dégradée dans ces institutions publiques dans lesquelles, l’Etat n’investit pas. Alors est-ce qu’on va sacrifier la formation de tous ces milliers de jeunes guinéens pendant que les membres du gouvernement et les directeurs généraux des différents services envoient leurs enfants au Ghana, au Maroc ou au Sénégal dans les universités et les écoles privées des autres pays… Et pendant ce temps, ils cassent tout ce qui est privé en Guinée… C’est donc une très mauvaise décision que je déplore. Les gens se demandent parfois pourquoi on ne peut pas évoluer sans les bourses de l’Etat moi je dis qu’on peut bel et bien évoluer sans les bources de l’Etat. On l’a fait avant on continuera à le faire. Les institutions privées qui ne sont pas solides vont disparaitre évidemment et celles qui sont bonnes vont continuer jusqu’à ce que ce gouvernement tombe. Maintenant en tant qu’économiste, je pense que c’est une catastrophe pour la Guinée. Parce qu’on s’acharne contre tout ce qui est privé en réalité. L’université on en parle parce que ça touche tout le monde. Mais il y a des entreprises privées qui sont étranglées sans que personne n’en parle… Donc c’est un gouvernement qui lutte ouvertement contre le secteur privé… C’est un gouvernent qui ne vit que du secteur minier avec une exploitation sauvage… On s’acharne contre un secteur privé qui crée la richesse. Chaque fois qu’on parle du chômage on oriente ça vers le problème de formation comme si c’est uniquement un problème de formation. Même si vous avez 1000 jeunes formés s’il n’y a que deux places il n’ya que deux places voilà. Et l’Etat ne fait rien pour aider le secteur privé guinéen. Au contraire, lorsqu’on fait des dépenses de budget c’est toujours aux entrepreneurs privés que l’Etat donne les marchés. Comment on va créer l’emploi en Guinée avec cette situation. C’est un gouvernement qui va droit au mur. La Guinée c’est le pays qui dépense le moins pour son éducation. Dans notre budget, c’est 13%, c’est deux à trois fois plus dans la sous-région. Donc l’éducation n’a jamais été une priorité en Guinée… Les universités privées sont aussi les moins chères et ça coûte moins à l’Etat. Dans le budget 2017, 914 milliards GNF pour l’enseignement supérieur, ce qui est dévolu à l’enseignement supérieur privé n’atteint pas 250 milliards GNF même pas le tiers. Plus de 2/3 sont pour les universités publiques et on fait croire à tout le monde que ce sont les universités privées qui coûtent chères à l’Etat, c’est faux…’

Au sujet de l’auteur-Guineeinfomonde

Fatoumata Cissé

No Comments