December 16, 2018

«Dieu merci, par la force des arguments et des propos tenus entre les belligérants, nous avons pu  réussir à les amener à de meilleurs sentiments», déclare Mohamed Camara, président de l’Association pour le développement de Linsan

 Après l’affrontement des militants de deux bords politique dans la sous-préfecture de Linsan dans le gouvernorat de Kindia, les ressortissants de cette localité vivants à Conakry se sont rendus le jeudi dernier, sur les lieux. Objectif : restaurer la paix entre les belligérants, et  l’instauration de la quiétude sociale dans la localité.

 Conduit par le président de l’association des ressortissants pour le développement de Linsan, la délégation était composée de plus d’une centaine de personnes à effectuer le déplacement. A propos, notre reporter a tendu son micro M. Mohamed Camara, son président pour en savoir davantage. Voici son interview.

RKK : M. le président, veuillez vous présenter à nos millions de lecteurs !

Je m’appelle Mohamed Camara, enseignant de profession et président des ressortissants pour le développement de Linsan.

  1. le président, vous venez de rentrer de Linsan, peut-on connaitre les raisons de votre déplacement ?

Quand j’apprends que ma case est brûlée, je dois absolument m’y rendre pour savoir qu’est-ce qui s’est passé là. Et c’est dans cet esprit, que notre association, après deux réunions de travail à Conakry, s’est mobilisée pour faire le déplacement et évaluer le constat sur le terrain et apporter suffisamment d’eau afin d’éteindre le feu. C’était le jeudi passé. Et j’avoue, qu’il le fallait. Puisqu’on a trouvé que la population était dans un grand mouvement, pour mener une contre-attaque contre les agresseurs présumés. C’était vraiment, dans une atmosphère électrique. Mais de fil à aiguille, nous avons pu les retenir tout en les sensibilisant sur le bien fondé de notre déplacement vers les populations de la localité. Nous leur avons dit que l’un et l’autre, un bon arrangement entre voisins directs et inséparables, valait mieux qu’un bon procès. Et, Dieu merci, par la force des arguments et des propos tenus entre les belligérants, nous avons pu  réussir à les amener à de meilleurs sentiments. C’est ainsi que nous avons éteint le feu en mettant fin à toute velléité de vengeance de part et d’autre. C’est ainsi que pendant deux jours de suite, la sensibilisation aidant, les populations ont décidé fermement de rester derrière leurs ainés, c’est-à-dire, les ressortissants de la localité, résidents à Conakry que nous sommes. Il est aussi important que vous sachiez, qu’en nous rendant à Linsan, nous étions composés  de toutes les ethnies de la Guinée. Les Soussous, les Malinkés, les Peuhls et les Forestiers, qui ont accepté de venir avec moi pour éteindre le feu. C’est pour vous dire, une fois de plus, que la Guinée forme une seule famille. Et Je crois, que ce message fort, les populations l’ont compris, devant le maire de Souguéta qui s’était joint à nous. Ensemble, nous avons aussi installée une commission de veille dans la contrée.

Maintenant, la deuxième étape consistait à nous transporter chez le sous-préfet. Nous avons alors mis en place une commission qui s’en est chargée.

  1. Camara, pouvez-vous nous dire, quel était le nombre de personnes qui ont commis cet acte barbare ?

Vous savez, il est un peu difficile de citer tous ces noms, mais le groupe était dirigé par un certain Babadama avec son groupe, tous militants de l’Ufdg.

  1. Le président de (l’ADL) quel est le message que vous livré, en tant que ressortissant de cette localité.

C’est un message de cohésion sociale, de paix ainsi que de la quiétude sociale. Parce que sans ces trois facteurs, nous ne pouvons pas développer Linsan, notre communauté. Nous disons que notre association est apolitique, elle œuvre pour le bien-être de toute la communauté, donc pour les populations de Linsan, sans considération politique, ethnique ou religieuse.

Ensemble, tenons-nous la main pour le développement de notre communauté.

Propos recueillis par MD

No Comments