November 17, 2018

Après l’installation du maire de la commune rurale de Mambia dans

Kindia, au sortir de la salle, le sous-préfet s’est confier ce mardi le 30 octobre 2018,à notre reporter.
Abordant le  développement de cette localité, M. Labele Loua a tout d’abord évoqué les difficultés auxquelles sont confontés les populations du bled. Il explique :  <<
D’abord, Mambia est une zone de  paix, mais que depuis que je suis là, il
ya des difficultés majeures. Vous allez aussi constaté que Mambia est une zone minière. Pour preuve, la compagnie des Bauxites de Kindia (CBK ), évolue ici à Mambia. Mais je crois que depuis l’avènement de la troisième République a nos
jours, il y a eu des révoltes, des marches dans toutes les zones
exploitées par la CBK en Guinee,  ( Boké, Siguiri, Banankoro). Mais à Mambia,
on na jamais enregistré cela. A Mambia, cest  le  calme qui règne ici.Donc,
s’il y a des difficultés, peut-être c’est la  malchance  du  développement
local.  Mambia est une zone qui est très vaste. Elle compte 13
districts. Donc, tous ces 13 districts ont des besoins. il y a manque  d’écoles de postes de santé, de marché hebdomadaires, des magasins, des maisons des jeunes, du terrains de football, de forages et les pistes rurales ou la route. Donc, tous ces
besoins ne peuvent pas être satisfaits dans un  seul jour, et en plus,  il
faut des moyens. Malgré tout, la CBK a fait le maximum. Elle  paye la taxe, c’est à-dire, la CDN.Cette taxe est dirigée vers les besoins de la communauté.
Surtout dans les villages  inaccessibles »,  a-t-il expliqué.
Sur la question de son constat depuis sa présence en qualité du
sous-préfet, il fait le point :  « En ce qui concernent le développement
local, d’abord quant tu entends parler du développement local, parce qu’il y a l’entente, la paix et la cohésion sociale. Donc, on a cherché a réunir
la jeunesse et les femmes. Puis que quand les femmes  décident de faire quelque
chose, ils pourront le faire. Donc, les femmes de Mambia seront accompagnées par la commune. Cela veut-dire par le maire et ces conseillers. C’est pourquoi,
vous avez constaté  un  changement total. Mambia d’hier et d’aujourd’hui, n’est
pas la même chose. Et quand aux  ressortissants d’ici, ils font leur
mieux. Parce qu’en cas de problème majeur dans les villages environnants
ou les secteurs, on les fait appels. Surtout des problèmes qu’on ne peut
pas résoudre, parce que les problèmes coutumiers, plusieurs fois, il faut
les faire appel et ils viennent en discutant avec leurs parents. Ils
viennent en appui. Ils nous appui dans la résolution de beaucoup de problèmes, surtout les conflits domaniaux, quand il y a le
litige entre les différentes familles.  Ils vienent souvent pour se donner la main
et  trouver la solution », a-t-il affirmé.
Au terme de notre entretien, il lance un message solennel à l’ endroit de
l’autorité  préfectorale, le gouvernement, les bonnes volontés et les bailleurs
de fond pour le développement de cette localité : « Ce que je peux dire,
l’appel  que je dois lancer d’abord je commence par les élus, par ce que si
tu entends parler de conseillers et de maire, c’est une
confiance de la communauté. Il faut que cette confiance soit méritée. Des actes, tien que des actes. Il faut que les biens de la communauté soient utilisés à leurs
besoins. Cela veut-dire, les besoins qui sont réclamés par la population et
chercher a leur satisfaire en fonction de vos moyens. Puisque si tu
entends parler du deuxième mandat, c’est ton bilan qui est positif.
Donc, je demande aux autorités compétentes de venir en aide a travers les
projets sans oublier les ONGs pour que le vide soit comblé, par ce que
il y a des besoins, il faut que l’état aussi intervient dans ce sens.

 Mohamed lamine Dramé 

No Comments