November 17, 2018

Le Président du  Réseau des ONG pour le Civisme, l’Intégration Africaine et la Démocratie(ROCIAD), M. Abass Daibaté  a conféré avec les hommes  de medias mardi,  16 octobre 2018,  à la maison de la presse. Objectif,  échanger avec les journalistes sur les reformes de l’Union Africaine sur la zone de libre-échange continental (ZLEC)  signé en mars 2018 à Kigali au Rwanda.

 Dans son exposé liminaire, le président ROCIAD  a décliné les objectifs de la conférence de presse : « Le réseau des ONG pour le  civisme, l’intégration  africaine et la démocratie a tenu à organiser ce point de presse pour partager l’information avec nos amis de la presse sur l’accord de la zone de   libre-échange continental qui est déjà signé par 44 pays Africains sur 55dont l’objectif est d’amener les pays Africains à parler d’une seule voix sur les questions d’économie et de développement pour le bien-être  de tous les citoyens. Nous avons constaté qu’en Guinée le débat n’est pas du tout soulevé, nous voulons  soulever le débat en Guinée et   d’étendre à d’autres pays pour que le citoyens qui est l’objectif principal des gouvernants puisse s’en approprier et aussi apporter ces avis, critiques pour améliorer le contenu. Ces citoyens, il s’agit des acteurs  du secteur privé  parce qu’ils sont concernés mais aussi, il s’agit des intellectuels qui font vendre les services sur le continent. » a-t-il entamé.

Poursuivant son exposé, M. Diabaté  a soulevé quelques difficultés relatives à cet accord sur la zone de  libre échange sur le continent.   « La vulnérabilité des pays Africains est due  entre autre au faible taux de commerce intra-africain insuffisance de la solidarité économique à peine 16% contre près 80%  intra-européen,  le niveau d’infrastructure socioéconomique de base, le faible taux d’industrialisation et la fuite des ressources  notamment humains. Pourtant, l’Afrique a des atouts qu’elle peut utiliser pour tirer sa part de gain et profit pour le développement durable et inclusif .Son premier atout est la solidarité d’action et son unité dans sa politique extérieure ( 1,2 milliard de consommateurs en 2016 potentielle ressource naturelle )  d’où la volonté de l’Union Africaine à créer cet ensemble économique africain par Accord sur la zone de libre-échange continental. »,  a-t-il indiqué.

Selon  le président du ROCIAD, l’élaboration et la signature de  cet accord sur la zone de libre-échange continental par les 44 pays,  est une étape importante franchie vers le  développement endogène, la diversification et la multiplication de la chaine de valeur ajoutée en Afrique.

« L’élaboration et la signature de cet accord par 44 pays africains est une étape importante franchie vers développement endogène, la diversification et multiplication de la chaine de valeur ajoutée en Afrique. C’est un pas qui doit être salué et soutenu, car même s’il ne répondra pas à lui seul aux vraies questions des économe africaines que sont l’industrialisation, la diversité économique et le  taux d’échange, il faut vraiment espérer  qu’il contribuera  à orienter les débats autour de ces sujets et à inciter les leaders politiques ,le secteur privé et les acteurs de la société civile à prendre les initiatives dans ce sens. Cet ensemble permettra de réaliser une économie d’échelle qui permet au secteur privé d’être compétitif avec l’augmentation du rendement dû à l’économie d’échelle »,  a-t-il  souligné.

Pour vulgariser et ou promouvoir  le contenu de cet accord sur la  ZLEC en Guinée, M. Diabaté  annonce d’organiser les conférences débats dans les Université de Guinée  autres  instances de réflexions pour que  tout t le monde soit au même niveau d’information  non seulement mais aussi de  s’engager dans une dynamique de donner vie à cette initiative de haute portée pour l’Afrique.

Dans cette démarche, le Président se dit optimisme quant à l’avenir de cet accord. Mais il demande l’implication de tout un chacun pour que ce grand  rêve des Chefs d’Etat africains soit une réalité.

Mamadouba Camara

No Comments