FRAGMENTS DHISTOIRE DE KANKAN: ITINERAIRE DES KABA, DE DIAFOUNOU(MALI) À KABALABA EN PASSANT KODIAN( DIANKANA). | Radio-kankan
February 16, 2019

Venus de Djafounou, les Kaba ont fondé leur premier village appelé Kodian sur les bords de la rivière du même nom à la rentrée de Diankana en venant de Karifamoriah. C’est là que Mariamagbè Kaba (1587 – 1659), son frère Mouramany Kaba (1590 – 1659) et Imourana ou Mori Aliou, le fils premier fils de Fodemoudou Kaba (1637 -1657 s’installèrent pour la première fois sur le sol de l’actuel Guinée.

Contrairement à certaines idées véhiculées à tort, nul n’est à mesure de montrer la tombe de Mariamagbè Kaba à Kodian. Elle n’a jamais été enterrée à Diankana comme le laisse croire certains. C’est aussi le lieu de préciser qu’elle ne s’est jamais mariée à Alkaly Mahamoud Cherif qui est venu à Kankan en 1771 et dont les descendants sont à Cherifoula de Kankan. Mariamagbè Kaba est décédée en 1659 à l’âge de 72 ans soit 112 ans avant l’arrivée d’Alkaly Mahamoud Cherif à Kankan.

En 1660, c’est l’abandon du village de Kodian.

2 ans après en 1662, c’est la création du second village appelé Kabala (Chez les Kaba) par Fodémoudou Kaba et son cousin Diafounou Brouma Kaba (1613 – 1685) qui était plus âgé que lui de 5 ans. Ce nouveau village prendra le nom de Kabalaba (grand village des Kaba) quand un hameau sera construit quelques années plus tard du nom de Kabalanin (petit village des Kaba). Fodémoudou Kaba meurt en 1678 à Kabalaba.

En 1680 commence l’exode des enfants de Fodémoudou Kaba pour fonder les villages de Nafadji (Bakari Kaba fils de Imourana ou Mori Aliou, et petit-fils de Fodemoudou Kaba), de Soumankoï (Zakaria Kaba, fils de son épouse Nakon), de Bankalan (Fodémamoudouba Kaba, fils de son épouse Doussou Condé), de Baté Kofilani (1er village fondé par Daouda Kaba, fils de son épouse Doussou Condé) et enfin Kankan en 1690 par le même Daouda Kaba. A préciser que Imourana ou Mori Aliou qui est devenu par déformation Moralou est le fils de Fadima Cissé et il n’est pas le fondateur de Nafadji puisqu’il est mort en 1657 à Kodian à l’âge de 20 ans en laissant son épouse en enceinte. C’est son fils Bakari Kaba, né après sa mort qui a fondé Nafadji.

Après avoir créé le village de Batè Kofilani, Daouda Kaba sollicitera de son oncle Fodémoudou Condé, alors chef des Condé à Makonon son installation sur les berges du fleuve Milo sous les fromagers (Sedakoro) qui sont à l’actuel emplacement du pont et à en face de la villa Syli. Fodémoudou Condé, consentira à la demande de son neveu et lui précisera de considérer cette terre comme l’héritage de sa mère Doussou Condé. A préciser qu’il n’y avait pas âme qui vive sur cette terre sauf les animaux. C’était juste de la brousse à perte de vue, pas d’habitation ni même un champ.

Daouda Kaba y installa sa famille en 1690 et donna au hameau de 7 cases crée le nom de FADOU (le lieu où l’on mange à sa faim) contrairement à Kabalaba. En 1710, le hameau devenant important prendra le nom de KAOUROU (lieu prospère) avant celui de NABAYA en 1732 (terre d’acceuil).

C’est en 1770 après l’exil de 7 ans imposé principalement à la notabilité de Kankan (Le Soti Mamafing Kaba, Alpha Kabiné et leur suite) par le chef de guerre Bourema Diakité et de sa sœur amazone Hawa Diakité du Ouassoulou que la ville prendra son nom actuel, celui de Kankan (cité à protéger).

Pour avoir fondé le village qui est Kankan, Daouda Kaba fut le 1er Soti.

Source: La cellule de communication du conseil des patriotes guinéens.

Crédit photo de Lamine Toutē Honorable Amara Diakite Kaba

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com