December 14, 2017

Dans le cadre de la lutte contre la biodiversité en République de Guinée, l’USAID en appui avce le ministère de l’Environnement des Eaux et Forêt a organisé ce mercredi 20 septembre à Conakry un atelier d’Information, de sensibilisation et de Consultation sur le processus de DEDD+ . Cette cérémonie d’ouverture a été présidée par la ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts (MEEF), Aissatou Baldé.

Objectif, est d’informer les parties prenantes sur l’etat de lieu de couvert végétal en Guinée mais aussi de Partager les expériences des pays comme la Côte d’Ivoire, Burkina Fasso, et la République Démocratique du Congo.

Durant ces trois jours d’intenses travaux, les participants aborderont la problématique sur des questions liées à la biodiversité notamment au contexte forestier et de changement d’utilisation des terres en Guinée ; et harmonisation de la compréhension sur la REDD+ mais aussi et surtout parler de l’engagement de la Guinée dans le processus REDD+ par rapport aux étapes clés à franchir et les leçons apprises des autres Etats afin d’apprendre les expériences de ces pays dans le processus.

Le représentant de l’Ambassadeur des États Unis en Guinée, M.Hughs Ogier, chargé des Affaire de l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée , a TOUT d’abord souligné l’engagement pris par le gouvernement Américain permettant d’ appuyer les efforts des gouvernements nationaux en matière de conservation de la biodiversité, de croissance économique et de réduction de la pauvreté et de la faim. Cela ne peut se faire sans l’élaboration d’un plan de préparation à la REDD+.

La REDD+ qui sera préparé à partir des résultats de cet atelier est indispensable a-t- il ajouté, et servira de base pour réunir des fonds supplémentaires, est ce fournira-t-il l’environnement propice à une gouvernance effective des ressources ?. En tout cas c’est la grande question qui mérite d’être posée afin d’améliorer la conservation et la croissance à faible émission sur la résiliente au climat à travers l’Afrique de l’Ouest notamment la République de Guinée.

Mme Aissatou Baldé la ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, a dans son discours d’ouverture au nom du premier ministre chef du gouvernement Mamady Youla et au nom du président de la République le Pr. Alpha Condé souhaité la bienvenue à l’Occasion de la cérémonie d’ouverture avant de parler l’initiative de la REDD+ qui est intimement liée au changement climatique et , qui apparaît aujourd’hui comme l’un des plus grands défis de site sur la planète terre , elle se réchauffe suite à l’accumulation des gaz à effet de serre dans peu de 20 % attribués à des émissions due à leur dégradation de couvert végétale.

Selon elle, la Guinée a ratifiée la convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en 1993 afin de contribuer à la lutte mondiale contre les changements climatiques et surtout pour la restauration de son couvert forestier .Donc Etat Guinée est engagé dans le mécanisme REDD+ depuis 2015 à travers le ministère de l’Environnement des eaux et forêt et depuis le protocole de Kyoto de 2005. Alors REDD+ explique la ministre, est la réduction des gaz à effet de serre due à la déforestation et la dégradation des terres. Donc, la REDD+ est pour notre pays un mécanisme très important pour notre pays d’autant plus que à la sortie de cet atelier, il y aura un rapport qui sera élaborer et se rapport sera soumis à la COP 23 à l’ONU.

La ministre Aissatou Baldé n’a pas hésité un seul instant de profiter l’occasion de remercier le gouvernement Américain à travers l’USAID pour son appui financier et technique pour que le pays puisse jouer le rôle de château d’eau de l’Afrique de l’Ouest. Donc la REDD et si ce rapport est validé par l’ONU, notre pays va bénéficier à travers ce mécanisme de beaucoup de financement pour la conservation, la protection de nos têtes de source d’eau et pour la gestion rationnelle de nos forêts » a fait savoir aux participants la ministre de l’environnement des eaux et forêts.

Naby Camara
NMS

No Comments