Enquête sur l’octroie des faux permis de conduire et des cartes grises | Radio-kankan

Lors du passage du ministre des Transports à l’Assemblée nationale pour défendre son budget sectoriel, M. Aboubacar Sylla a informé les honorables Députés que les 80% des permis de conduite et les cartes grises sont des faux documents. Une occasion pour le ministre des Transports d’annoncer également, l’élaboration des nouveaux permis de conduire biométriques et sécurisés ainsi que la création d’une nouvelle agence de sécurité routière  appelée «l’AGUISER» dont les textes de création seraient déjà au niveau du gouvernement : « C’est une agence qui va aider à la mise en place du plan national de la sécurité routière », a martelé le ministre.

Pour en savoir davantage sur le comment peut-on s’octroyer ces faux documents, les reporters de nos rédactions se sont rendus sur les lieux. Voici la première partie de leur constat sur le terrain.

Aux entourages du Bureau Régional des Transports Terrestres à Conakry, on a l’impression d’être aux abords d’un marché ou d’une gare-voiture tant les vielles baraques et les petits kiosques pullulent sur ce site. Dans ce décor indescriptible, s’affairent également les jeunes gens qui se sont spécialisés à placer des plaques d’immatriculations des véhicules qu’ils fabriquent sur place. Parmi eux, on distingue aisément d’autres personnes qui vous hèlent dès votre apparition. Ce sont des fossoyeurs qui vous offrent volontairement leur service qui consiste à vous faciliter l’obtention rapide d’un permis de conduire ou d’une carte grise, moyennant une somme de 150 à 200 mille de nos francs. Une manière de t’éviter le circuit normal qui peut prendre plus d’un mois et quelques semaines. Une aubaine pour de nombreux citoyens d’être en possession d’un permis de conduire sans aucune notion de la circulation routière. Tous ces actes se sont passés sous nos yeux discrets.
Une attitude dévastatrice qui influe négativement sur les recettes de l’état à travers le Bureau Régional des Transports Terrestres à Conakry.

Et lorsque nous nous sommes rendus au bureau de la directrice, c’est une dame épatée et soucieuse d’entendre le déroulement du film de notre constat sur le terrain. Elle soupira d’abord avant de nous exposer deux correspondances qu’elle a adressées au mois de mars et novembre 2016, au Directeur Général de la police nationale et le Haut Commandement de la gendarmerie nationale, directeur de la Justice Militaire, en vue d’aider son service à prendre des dispositions appropriées afin d’éradiquer cette pratique frauduleuse qui ternie dangereusement l’image de son Bureau régional, nous a-t-elle expliqué et d’ajouté que « malgré cela, il n’y a eu aucune suite favorable à ma demande même au niveau de l’ancien ministre des Transports, mais avec l’arrivée de l’actuel ministre, son excellence Aboubacar Sylla, cela me met en confiance puisqu’il à une bonne vision pour développement du transport routier de la Guinée », a-t-elle déclarée.

Plus loin, Mme Denise Pivi a aussi évoquée les difficultés auxquelles son service fait l’objet : « elles sont énormes et d’ordre environnemental. Nous avons remarqué que pendant les jours non ouvrables, un groupuscule de contrefacteurs confectionne des faux documents notamment, des permis de conduire, des cartes grises et des fausses plaques d’immatriculation au nom du B.R.T.T.C; tandis que cette pratique récurrente décrédibilise notre service et affecte finalement la mobilisation des recettes de l’Etat », a regrettée la directrice du Bureau régional des transports terrestres à Conakry.

Et Mme Denise Pivi de conclure : «Je lance un appel pressant à tous les usagers en général, et à ceux de la région de Conakry en particulier, de s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis des services publics de l’Etat. Par conséquent, je les exhorte à utiliser les services compétents habilités à délivrer les documents authentiques liés à l’utilisation des engins roulants à savoir : cartes grises, cartes d’autorisation, permis de conduire et d’éviter tout contact en dehors du Bureau.
J’en appelle aux médias publics et privés de jouer pleinement leur rôle de couverture médiatique de l’information et de sensibilisation des populations. Je les remercie très amplement sans oublier les services de sécurité pour les efforts fournis dans l’application des textes réglementaires en matière de la sécurité routière ».
Enquête à suivre dans le prochain : Dans les méandres de l’univers des Auto-écoles !

Mohamed Sylla pour radio-kankan.com

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com