December 16, 2018

La fête de fin d’année qui s’annonce, notamment le 24 et le 31 décembre prochain, est une aubaine pour la jeunesse citadine de s’adonner à cœur joie, loin des regards indiscrets, à toutes sortes de dégradations de nos bonnes mœurs. Après les iles de Soro et autres plages de la capitale Conakry, c’est maintenant au tour de nos villages qui deviennent leur lieu de prédilection.

En effet, si les uns préfèrent prendre d’assaut le grand luxe des boites de nuit qui pilules dans la capitale guinéenne, d’autres au contraire préfèrent dépasser les frontières de la zone spéciale de Conakry, à la pratique de la villégiature. Là où l’on peut mener tranquillement une autre mode de vie, explosive et contaminant. Mais pourquoi la jeunesse citadine choisisse telle le chemin de nos villages, écouter le cui-cui des oiseaux où le bruissement des feuilles mortes qui envahissent les sentiers tortueux de nos campagnes ? Certainement, non ! Comme à l’accoutumée, ces groupes de jeunes gens tous sexes confondus, arrivent au grand nombre dans la matinée du 31 décembre, en provenance de toutes les directions de la capitale guinéenne. Dans leurs besaces, tous les vivres et des boissons de toute nature que l’on peut imaginer. Sans oublier de gros postes-radios ainsi que des cassettes de toutes les gammes. En somme, des objets de folie qui ne peuvent que dépersonnaliser un être humain.

Seulement, voilà ! Si l’accueil est à la hauteur de l’hospitalité des habitants du village, cette arrivée massive et soudaine de tout ce beau monde suscite aussi des interrogations : Sont-ils des enfants de la contrée où alors, pourquoi avoir choisir le village au détriment de luxueuses boites de nuits et des restaurants huppés de la capitale Conakry ? La réponse de tous ses questionnements ne tardera pas à venir, une fois la nuit tombée. Car, la notabilité qui ne reconnais qu’un des petit fils dans le groupe, et qui savait en tête que cette arrivée massive de jeunes gens dans leur village n’était pas un fait de hasard, ont veillé toute la nuit durant des bruyants étrangers. Au petit matin, les notables du village ont fini par conclure qu’ils ont été des témoins oculaires d’une mode de vie les plus dégradants de la part des jeunes étrangers. Imaginer le reste.

MS pour RKK

No Comments