En Guinée le rythme de régression du couvert végétal estimé à plus de 35 mille hectares par an | Radio-kankan
October 21, 2019

A cause notamment de l’impact de l’homme sur la nature, le rythme de régression des superficies forestières estimé à plus de 35 000 hectares par an, selon le ministre des Hydrocarbures qui s’est exprimé lors du conseil des Ministres.

De même, le prélèvement de bois pour les besoins énergétiques nationaux, est estimé à 7 millions de tonnes par an, ce qui constitue en soi une des causes de surexploitation des ressources ligneuses et de la dégradation du couvert végétal guinéen.

Pour inverser cette tendance et instaurer des mesures alternatives à l’utilisation du bois par les populations, le ministère des Hydrocarbures plaide en faveurs de la consommation du gaz butane en Guinée comme solution alternative à la coupe abusive du bois, à l’image des autres pays de la sous-région comme la Côte d’Ivoire.

Lors du dernier conseil des ministres tenu jeudi, le gouvernement envisage de promouvoir l’utilisation généralisée du gaz butane en Guinée, dans le but de réduire et supprimer à terme l’utilisation du bois énergie dont la production a un effet dévastateur sur l’environnement. Selon le ministre guinéen des Hydrocarbures cité dans la note d’information, “l’un des obstacles majeurs à la percée du gaz butane a toujours été l’absence d’une politique de l’Etat visant à soutenir ce produit”, et d’ajouter que le marché guinéen du gaz est très faible, comparé à celui des pays voisins. Or, il se trouve que le prix du gaz serait hors portée du revenu moyen des ménages, ce qui explique le retrait du marché guinéen sur celui des voisins.

En guise de comparaison, le prix pour une bouteille de gaz de 6kg est de 120 000 francs guinéens soit 13 dollars, contre le prix d’un sac de charbon qui est vendu au plus à 35 mille francs guinéens soit 3,8 dollars.

En vue d’encourager les ménages à s’orienter vers l’utilisation du gaz, le gouvernement serait en phase d’envisager les possibilités pour apporter une subvention à l’usage du gaz domestique par la mise en place d’un fonds d’appui promotionnel dédié à cet effet. Pour le compte des accords de Paris lors de la COP21, la Guinée s’était engagée à réduire à 13% sa production de gaz à effet de serre, conformément à la mise en œuvre de la convention des Nations Unies sur les changements climatiques.

En ce qui concerne l’approvisionnement du marché guinéen en gaz, il est envisagé de sceller des liens de coopération avec des pays comme le Nigeria et le Qatar, grands exportateurs de gaz naturel liquéfié en vue de négocier des prix plus avantageux.

Xinhua

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com