October 17, 2018

« On ne peut pas utiliser l’eau de Soumba comme l’eau potable, ce n’est pas bien entretenue », dixit M. Naby Bangoura, président du district

Le district de Köri Tabounssou situé  dans la sous-préfecture de Khörira dans la préfecture de Dubreka, qui a été érigé en district le 13 février 2017, est un tout nouveau district. Selon son président, cette localité est confrontée à nos jours à d’énormes difficultés. Il s’agit du manque criard de centre de santé, d’école, de marché et du terrain de football pour les jeunes malgré les équipements sportifs nécessaires dont elle dispose. C’est pourquoi, nous demandons humblement aux autorités de porter un regard sur le fleuve Soumba et s’intéresser au développement du district.

Rkk : Voulez-vous vous présenter à nos milliers de lecteurs ?

Je suis Naby Bangoura, président du district de Khôri Taboumssou.

Aujourd’hui, quels sont les problèmes auxquels votre nouveau district est confronté ?

Comme vous le voyez-vous-même, Taboumssou manque de tout. On a des équipements, mais les moyens nous manquent énormément. Mon équipe et moi, nous avons notre projet de société pour le développement de cette localité. D’abord, nous avons la construction d’un nouveau marché prévu le 27 avril 2018, le reboisement de tout le long du fleuve Soumba long de 39 km de sa source jusqu’à la rivière, nous préconisons d’organiser également un tournoi de football pour la jeunesse. Une manière de les rassembler et les sensibiliser pour le développement de notre district, etc.

  1. Bangoura, la nationale 3, de Conakry-Boffa, continue d’endeuiller de nombreuse familles, que dites-vous par rapport à ce phénomène ?

Cela est vrai, et nous le regrettons très amèrement. Ce que je peux dire aux autorités locales de la sécurité routière et à la gendarmerie par rapport à ce problème, c’est de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de réduire ces accidents au niveau de la nationale 3.

Que feriez-vous pour protéger le long des cours d’eau, endiguer la coupe abusive de bois et les feux de brousse ?

Je ne peux que demander à tous les citoyens et les riverains de la contrée, les autorités locales, à se donner la main pour protéger le Soumba. Déjà il y a l’emprise des zones foncières dont on exige 25 mètres, nous avons commencé la campagne pour le reboisement le long du fleuve afin de sauvegarder notre environnement.

Nous sommes au terme de notre entretien, quel message comptez-vous véhiculer pour l’ensemble des autorités et des populations ?

Je lance un appel pressant aux ressortissants et les résidents, pour qu’on puisse se donner des idées et de l’aide pour le développement de notre localité. Je demande humblement à M. le préfet, M. Younoussa Sylla ‘’le Bon’’ de penser à notre tout nouveau district.

Propos recueillis par Mohamed Dramé pour radio-kankan

No Comments