«Aujourd’hui, un certain veieux a  purement et simplement clôturé  12 parcelles à son propre compte, alors que la localité est dépourvue d’infrastructures de base », s’indigne M. fofana, cef de quartier adjoint et chef de zone du Rpg-Arc-en-ciel

La semaine dernière, notre reporter a pris langue  avec M. Fofana, chef de quartier adjoint de Dondolykhouré. Avec lui, ils ont abordé des difficultés rencontrées pour le développement de sa localité ainsi que des occupations illégales des domaines publics de l’état par des tiers avec la complicité de certains hauts responsables de son nouveau quartier.

M0. Fofana a tout d’abord remercié M. le préfet qui, selon lui, ne ménage aucun effort   pour apporter  son soutien aux nouveaux responsables du quartier dépourvu de tout budget  pour son développement : « étant un jeune qui évolue dans le domaine du diamant et chef de zone du Rpg-Arc-en-ciel de la localité, nous évoluons de concert avec la jeunesse à travers son secrétage général. Cette jeunesse fournisse assez d’efforts dans l’intérêt général de la communauté. Son premier responsable qui ne manque pas d’initiative, organise souvent des tournois de football pour unir cette couche juvénile autour du ballon rond. Il en est ainsi pour des travaux d’intérêt public tel  que l’assainissement et beaucoup d’autres activités malgré le manque d’emploi auquel elle est exposée. Seulement, nous manquons des lieux de loisirs comme le terrain de football, la maison des jeunes, des vidéoclubs, etc. Ici, c’est la jeunesse qui est en première ligne dans tout ce qui concerne le développement de notre communauté. Quant aux femmes, on a déjà trouvé un lieu pour leur permettre d’exercer le petit commerce, sous la morsure du soleil ardent de cette période. En vérité, nous manquons de tout ici. Pour l’épineux problème de l’eau, il a fallut la bénédiction d’une bomme femme du nom de Hadja Dédé qui a gracieusement offerte deux forages d’eau pour la population. Nous l’en remercions du fon du cœur. Pis, le domaine public de l’état où nous prévoyons la construction des écoles, des centres de santé, etc, un certain vieux est venu s’en accaparer aussi. Notre chef de quartier l’a récemment rencontré à propos, mais Dieu seul sait comment les négociations se sont passées. Nous ne savons pas encore grand-chose l’a dessus. Et aujourd’hui, cette vielle personne n’a purement et simplement clôturé les 12 parcelles à son propre compte, sans consulter les autorités que nous sommes. Voilà la situation que nous vivons actuellement dans Dondolykhouré », a lancé le chef de quartier adjoint de Dondolykhouré, M. Fofana.

Propos recueillis par Mohamed Dramé pour radio-kankan

No Comments