« J’ai déboursé l’argent de ma poche, une somme de trente millions de francs guinéens afin que les pauvres femmes du quartier ne soient pas exposées au soleil et qu’elles puissent s’abriter sous un hangar », dixit Alexandre Honomou

Notre reporter était récemment dans le bled pour en savoir davantage, voici ce qu’il a recueillit

M. Alexandre Honomou, chef de quartier, s’est prêté aux questions du journaliste.

Selon le nouveau chef de quartier installé en 2016, malgré les bonnes intentions qu’il nourrissait pour son développement, les membres de son équipe eux, ne se préoccupaient que de leurs intérêts personnels. A l’en croire, même le cas du marché situé dans une zone tampon, quand il a été question de sou lorsque l’entreprise en charge des travaux était en difficulté, il aurait déboursé l’argent de sa poche, une somme de trente millions de francs guinéens afin que les pauvres femmes du quartier ne soient pas exposées au soleil et qu’elles puissent s’abriter sous un hangar, hélas. Aujourd’hui, M. Honomou regrette que les travaux patinent encore, et ne rien bénéficier de la somme dépensée par sa personne. La construction de la mosquée, difficilement acquise, serait aussi à son actif. Chose que les imams ne peuvent pas contredire, déclare-t-il. Il se démêle actuellement afin que les véhicules de transport puissent accéder facilement à Dondolokhouré. Là également, dit-il, le chef de quartier aurait aussi dépensé pour cela avec ses propres moyens de bord. Seulement, le nouveau chef de quartier regrette le fait que les domaines de l’état soient vendus à des tiers ainsi que l’occupation illégale de ses domaines, et au détriment des pauvres populations de son quartier. C’est pourquoi, M. Alexandre Honomou sollicite l’implication personnelle du ministre Ibrahima Kourouma afin de mettre fin à cet état de fait. Plus loin, il sollicite aussi l’accompagnement de l’état et des personnes de bonne volonté pour atteindre ses objectifs au bénéfice de ses pauvres populations.

MD

No Comments