September 20, 2018

Un lieu cosmopolite dont la majeure partie de sa population est composé de paysans.  Ce district est aujourd’hui en manque total d’infrastructures sociales de base.

Le président du district,M. Aboubacar Bangoura, nous évoque des difficultés qui l’empêche de mieux travailler pour développer sa localité :  << D’abord, je déplore le manque de cadres dans notre district qui peuvent mieux défendre l’intérêt de notre localité auprès des autorités gouvernementale et les institutions internationales >> a-t-il souligné. Et d’ajouté : « ensuite, nous n’avons pas de centre de santé. Parfois, quand les femmes sont en état de travail ou quand quelqu’un est exposé à quelconque maladie,  c’est un casse-tête pour nous par manque d’infrastructure sanitaire dans la contrée. Et si c’est pendant la nuit nous sommes obligés de déplacer un véhicule pour transporter le malade vers l’hôpital préfectorale de Coyah. En plus, en ce qui concerne l’éducation, l’état nous a offert un  collège public  mais il nous manque de l’eau potable. Sin bien que pendant la saison sèche, les femmes sont obligés faire plus de 2 km à pied pour avoir de l’eau potable. Parce qu’en cette période, les forages seront arides et la qualité de l’eau est totalement dégradée. Chose qui est très inquiétante pour nous. Aujourd’hui, avec la  situation économique du pays,  on ne peut plus avoir la tutelle de ton enfant sachant que l’enfant ne va pas manger à sa faim et qui finalement, fini par abandonner l’école pour rejoindre la grande ville. Le hic, c’est comment mettre fin à ça >>, a-t il clamé. Ajoutant que « pour la construction des infrastructures avec l’aide de l’état, j’ai déjà fait des plaques indiquant les lieux réservés pour le site afin d’éviter la confusion. Et surtout, pour éviter la vente illicite des terrains par des  citoyens  mal intentionnés qui s’exposeront devant la rigueur de la loi.

Pour finir, le président de district de Bangouyah à vivement sollicité l’appui des autorités administratives, préfectorales ainsi que l’apport des fils ressortissants de la localité en faveur des femmes et des jeunes.

Mohamed Lamine Dramé pour radio-kankan

No Comments