October 17, 2018

désormais le centre-ville et le secteur de Kissimodouyah avance à grand pas. Mais l’aménagiste, M.SIDIKI SANOH, s’inquiète du non-respect de la clause du contrat signé par la notabilité et la population riveraine de ladite localité.

«La convention était de leur donné la route et le pont et qu’après l’exécution des travaux, et moi et l’état doivent être remboursés par des terrains vides », dixit M.SIDIKI SANOH.
Le secteur Kissimodouyah, situé dans le district de Toguiron, se trouve dans la sous-préfecture de Wonkifong dans Coyah. Il compte 500 Habitants et est situé non loin de la route nationale no 2. Selon les coutumiers dudit village, depuis le temps colonial l’accès de ce village reste encore impossible de nos jours. A cela s’ajoutent des difficultés énormes et criardes de l’accès à l’eau potable, de la route, d’écoles, de l’électricité ainsi que du centre de santé, malgré l’acquittement intégral des taxes locales par les pauvres populations de la contrée.
C’est donc grace à l’appui de M.SIDIKI SANOH, aménagiste basé à Coyah Madèguema en collaboration avec ses partenaires de financement, les autorités préfectorales sans oublier les d’habitants, que ledit projet a vu le jour à travers une convention signée entre les représentants des familles (Sylla, Camara, Bangoura et Soumah), soit les coutumiers de cette localité et M.SIDIKI SANOH, le 27/08/2017 pour que l’exécution des travaux de la construction du pont et la route soit effective. Ainsi, sans retard M.SIDIKI SANOH à travers une équipe de son entreprise s’est aussitôt attaquer aux travaux malgré quelques difficultés rencontrées sur le terrain de la part des coutumiers et ses partenaires financiers.
Sur le terrain, notre reporter à rencontrer les coutumiers qui s’étaient massivement mobilisés pour nettoyer le pont afin que les travaux soient relancer après une forte pluie. Une occasion pour le chef secteur de Kissimondiyah, M.Facinè Soumah de s’exprime en ces termes : « Parfois, l’on se demande même si l’état existe ou bien s’il a déjà mis cette localité dans l’oubliette. Puisque depuis le temps colonial, c’est les mêmes difficultés de manque criard d’infrastructure sociales de base dont nous sommes confrontés. L’on n’est même amené de demandé la destination de nos taxes payées depuis fort longtemps et jusqu’à nos jours. Car, Kissimondiyah n’a jamais bénéficié de l’aide pour le développement de notre localité, ne serait-ce qu’un simple forage. ‘est pourquoi, nous restons reconnaissant de tout ce que M.Sanoh est en train de faire pour nous à la place l’état guinéen. Et c’est pour toutes ces raisons, que nous demandons les cadres de Wonkifong et Coyah, les bonnes volontés sans oublier les ressortissants de cette localité de nous venir en aide pour que M.Sanoh puisse finir avec ses travaux. Même s’il a déjà beaucoup fait, mais ça reste encore », a-t-il lancé.
Rencontré par notre reporter
SIDIKI SANOH, Directeur général de la société d’aménagement et immobilière de guinée sise à Madèguema Carrefour, a expliqué les négociations entre lui les notabilités qui ont finalement aboutie à la réalisation de la route et le pont en construction avant d’ajouté que « la dimension prévue pour le pont était de 5 sur 10m. Mais en tant que spécialiste en la matière, j’ai suggéré d’accepter 4 sur 10m, compte tenu du coût de financement pour la réalisation de l’ouvrage. Finalement, ils ont fini par accepter mais à condition de partager les taches. Il faut cependant signaler, que juste après la cérémonie de sacrifice du lancement des travaux, les tracasseries ont commencé par des gens de mauvaise foi. Mais malgré tout ça, on a continué les travaux sans cesse pour respecter le délai du contrat.

Mais pour l’heure, les travaux sont presque au ralenti à cause des fortes pluies qui s’abattent sur la localité, étant donné que la première ennemie de la route, c’est bien la pluie », a-t-il lancé.
Mohamed Lamine Dramé

 

No Comments