November 17, 2018

LES JOURNALISTES AFRICAINS DOUTENT DE LEUR PARTICIPATION

C’est une fierté pour la Ligue Internationale des Journalistes pour l’Afrique du Président Valentin MBougueng que l’Algérie soit retenue comme terre de débats sur la migration. Ce pays où Nelson Mandela déclara en Mai 1990 : ‘’C’est l’Algérie qui a fait de moi un homme. Je suis Algérien, je suis Arabe, je suis musulman. Quand je suis rentré dans mon pays pour affronter l’apartheid, je me suis senti plus fort’’. Mieux, l’ex-Premier Ministre AbdelMalek Sellal martelait au Président Hollande à l’Elysée : « Aux problèmes Africains, il faut des solutions Africaines. Soulignant que la contribution de l’Union Africaine (UA) en faveur de la Paix et de la sécurité sur le continent est déjà ‘’substantielle’’ de même que son apport aux efforts internationaux dans le règlement des conflits’’.
DIALOGUER POUR EVITER
La traite des migrants détériore la sécurité en faisant augmenter la violence urbaine et la corruption. La piraterie maritime, une question épineuse, grande pourvoyeuse de devises pour les bandes criminelles et qui se développe maintenant de manière exponentielle dans le Golfe de Guinée, après avoir écumé les côtes de l’Océan Indien, perturbant l’exploitation pétrolière Off-shore et freinant le développement économique par ses attaques ciblées de navires à haute valeur commerciale. Ainsi, par le dialogue, le suivi régulier des tensions, les dispositifs de règlement pacifique, il pouvait être possible d’éviter le pire. Mais sans la presse Internationale ou Africaine, Acteur pivot de premier plan, comment peut-on réagir efficacement si jusque-là, les médias par voie autorisée, ne sont pas expressément sollicités ? Comment le mythe de l’invincibilité de la soldatesque migratoire peut être vaincu seulement avec les médias endogènes ou Algériens, se demandent certains spécialistes ? La Deuxième conférence du PASOCI doit être un forum international pour le réseautage, l’échange d’idées, les opportunités techniques et pédagogiques et la découverte de nouveaux axes. Comment faire face davantage au défi de la crise migratoire avec la recrudescence de la fuite des cerveaux et la croissance démographique ? Et la deuxième édition d’Alger de la conférence doit être confirmée pour les médias Africains, surtout de la Guinée, Pays pilote de la première conférence en 2017, pôle régional et International de la République Algérienne Démocratique et Populaire pour la lutte contre les migrants. Il serait intéressant que les médias Africains aillent constater de visu les améliorations notables de l’Algérie en matière de transport depuis l’ouverture du métro d’Alger en 2011 ; et les tramways de Constantine, d’Oran dont les travaux depuis 2014 ont débuté dans une quinzaine d’autres villes. Et une chose est claire, comme l’Algérie n’est pas adepte de la ‘’Chaise vide’’ dans les forums Internationaux, il serait sage que les médias Africains, par voie de la sagesse fassent entendre leurs voix. Surtout que l’Africanité est une composante de l’identité de l’Algérie qui est le plus grand pays du continent Africain, avait déclaré Ramtan Lamamra, Ministre Algérien des Affaires Etrangères. A ce titre, le Président Ali Sahel, Président de l’ANEJ, Président du Comité d’Organisation de la 2ème édition d’Alger a vite saisi la Balle au rebond. Nous espérons que la Communication en la matière sera réaliste. Or, la lettre de soumission du Président Ali Sahel à l’organisation de la 2ème édition du PASOCI, a donné lieu à des éloges de sincérités approximatives dont le Comité aurait bien pu se passer en envoyant des accréditations personnalisées et non anonymes à la représentation Guinée du PASOCI. Surtout que beaucoup de ses admirateurs hôtes l’avaient déjà accablé de leurs sarcasmes lorsque le verdict de la candidature de la République Algérienne avait sonné. Mais la presse Africaine a cru que le Panafricanisme ne connaîtra son essor tant que les rangs seront resserrés comme avec les pays Non-alignés parmi lesquels l’Algérie a toujours brillé. Et pour les Africains assoiffés de dignité humaine et de liberté, la porte doit être ouverte aux Combattants pour l’Algérie que sont les Médias. Et dans cet ordre d’idées, les Médias Guinéens doivent être sans doute mieux lotis pour cette conférence, selon les termes du Rapport adressé par le représentant du PASOCI-Guinée, Yves Magloire contredit pourtant par le Président du Comité d’Organisation après sa visite en Guinée le 27 Juillet 2018 où il demandait à tirer au sort les Médias Guinéens.

Don de Dieu Agossou

No Comments