Dans le sud de l’Allemagne, plus d’une centaine de migrants ont attaqué le 1er mai des membres des forces de l’ordre pour prévenir l’expulsion d’un Togolais d’un centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Deux jours plus tard, la police a mené une opération spéciale dans ce centre et a arrêté cet homme et plusieurs autres personnes.

Plus de 150 migrants ont attaqué lundi des policiers pour les empêcher d’expulser un demandeur d’asile africain d’un centre d’accueil dans la ville allemande d’Ellwangen, annonce l’agence Reuters.

Des membres des forces de l’ordre se sont rendus dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile dans la nuit de lundi à mardi pour arrêter Yussif O., migrant togolais de 23 ans, et l’expulser vers l’Italie. Toutefois, des pensionnaires du centre ont encerclé les voitures de police et ont commencé à les secouer. Les policiers ont dû relâcher l’homme arrêté et se replier.

Le 3 mai, des forces de police ont mené une opération spéciale dans le centre d’Ellwangen. À l’issue de celle-ci, Yussif O. et d’autres migrants ont été arrêtés. Plusieurs personnes, dont des policiers, ont été blessées. Cela étant, Reuters ne précise pas si le Togolais a finalement été expulsé.

Un représentant de la police allemande, Bernhard Weber, a indiqué que l’état de droit ne pouvait pas être bafoué par un acte d’agression d’un groupe de ce genre.
Le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) a réagi à cette attaque contre les forces de l’ordre.

«L’état de droit est foulé par ces « invités ». La solidarité de la violence se manifeste à Ellwangen. Les demandeurs d’asile qui tentent d’empêcher les expulsions doivent également être expulsés!», a déclaré Alice Weidel, co-présidente de l’AfD.

r.sputniknews.com

No Comments