November 18, 2017

L’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) a récemment fait l’objet de critiques inouïes, de la part de M. Mamoudou Touré, fonctionnaire anciennement détaché du ministère des mines.

En effet, ce dernier se présente sur la ligne de mire de certains médias étant un travailleur de l’ARMP, en qualité de chef service enquête et inspection et serait licencié par son directeur général, M. Jonas Diallo. D’ailleurs il n’a cessé de traiter celui-ci d’avoir entre autres « dilapidé » les fonds de cette maison étatique sans pour autant étayer ses accusations par des preuves. Vrai ou faux, votre quotidien en ligne a tenté de passer au crible ses accusations.

Créée en juillet 2014, L’ARMP est cette Autorité de Régulation des Marchés Publics qui s’assure du bon fonctionnement du système des marchés publics en République de Guinée.

Le statut de création de l’ARMP prévoit des enquêteurs, qui doivent être assermentés. Et le statut des employés à ce poste doit normalement faire l’objet d’un décret du président.

M. Mamoudou Touré déclare être un fonctionnaire en détachement conformément à la loi L028 portant statut général des fonctionnaires. A ce titre à la fin du détachement, la réintégration dans son corps d’origine est automatique s’il en fait la demande puisque selon l’article 58 de ladite Loi, le fonctionnaire conserve durant sa période de détachement ses droits à l’avancement et à l’ancienneté.

Au vu de ces éclairages, Monsieur Mamoudou Touré a-t-il vraiment été licencié ? La remise en cause de sa position de détachement correspond t-elle au sens de la Loi à un licenciement ?

Augustin Kapo
guineeperspectives.com@gmail.com

No Comments