December 17, 2018

Le champ syndical national s’effrite davantage avec la création de la Fédération Nationale du Syndicat Indépendant des Transports et de la Mécanique Générale de Guinée et de la Fédération Nationale de la Casse. La nouvelle confédération est l’aboutissement d’une longue histoire de combat, a précisé le Parrain, le Ministre Madifing Diané, de la cérémonie, lors du congrès à la salle du 28 septembre du Palais du Peuple. « Ce mouvement est né dans la douleur, malgré le libéralisme officiel. J’ai suivi toutes les péripéties de toutes vos actions. Je vous ai suivi à travers le territoire quand j’étais aux affaires, lorsque le prix officiel du transport était communiqué sur les ondes. Je peux, sans risque de me tromper, en ma qualité de cadre de ce pays vous assurer que vous avez le soutien du Président de la République, le Professeur Alpha Condé, pour instaurer ‘’l’indépendance syndicale’’ et démocratiser la prise de décisions et aussi en vue d’élire démocratiquement les dirigeants censés représenter le secteur guinéen et les instances ».

La nouvelle confédération s’est fixée pour objectifs prioritaires de ‘’rompre avec la léthargie et la centralisation du pouvoir’’ qui ont terni l’image du syndicat indépendant. Aussi, le congrès du 25 Mars 2018, qui a été entrecoupé, du Palais du Peuple tenu sous le thème de la construction d’un ‘’syndicat démocratique, moderniste, participant au développement, renforçant la lutte démocratique et l’émergence économique, apte à affronter les défis de la globalisation’’, a été marqué par la mise en place de diverses commissions chargées de débattre des projets de différents rapports soumis aux congressistes. Le congrès constitutif a procédé à l’élection d’un conseil confédéral et d’un bureau central fédéral de 17 membres dont le Secrétaire Général est Youssouf Keïta. Toutefois, il est à souligner que les membres du Conseil Confédéral ont été élus démocratiquement, selon certains congressistes. D’après plusieurs observations, le congrès a laissé toute la latitude aux syndicalistes sectoriels, Unions régionales ou locales, d’élire leurs représentants au sein de ce conseil. Cette procédure constitue cependant une nouveauté qui n’a jamais été appliquée dans les différentes centrales depuis l’avènement du syndicalisme en Guinée. Seulement, si une certaine frange syndicale n’a pas éprouvé de difficultés pour élire leurs représentants, la bataille a été rude au sein de la Fédération Nationale de la Casse, où il faut choisir parmi les plus méritants. Toutes les méthodes de tractations, de coulisses ont souligné à quel degré, un grand travail de syndicalisation reste à faire.

LES INSTANCES DE LA NOUVELLE CONFEDERATION

Pour ce qui est de la nouvelle confédération, elle est constituée d’un Bureau confédéral composé de 17 membres élus par le conseil confédéral, composé également de plusieurs membres. On affiche malgré tout, un certain triomphalisme, noté par le discours du Secrétaire Général, Youssouf Keïta ‘’aujourd’hui, ce n’est pas un jour de discours ; nous sommes comblé. Je souhaite un bon séjour à tous les délégués venus des régions. Il n’est pas donné à n’importe qui de se sacrifier tous les jours ; le travail a été sans incident majeur ; le syndicat indépendant est un moyen de porter la voix des ‘’sans-voix’’. Les autorités doivent tenir compte aussi des avis des syndicats indépendants, qui ont un rôle d’arbitrage impartial’’. Le succès et l’enthousiasme rencontrés par le projet, ont démontré de manière éloquente, a-t-il poursuivi, que cette nouvelle confédération n’est pas une création ex-nihilo, cela a montré que nous ne sommes pas fondés sur du vent ; bien au contraire, l’initiative des syndicalistes a déclenché toute une dynamique, a laissé entendre Kémo Fofana, premier Secrétaire Général Adjoint du Bureau central. Aussi bien verticalement qu’horizontalement, l’accueil a été favorable. Mais le Bureau central de la Fédération Nationale du Syndicat Indépendant des Transports et de la Mécanique Générale de Guinée est composé comme suit :

1-    Secrétaire Général : Abderahmane Diaby

2-    Secrétaire Général adjoint : Moussa Kourouma

3-    Secrétaire Administratif : Aly Badara Diakité

4-    Trésorier : Sékou Kouyaté

5-    Trésorier adjoint : El Hadj Mady Djguini

6-    Secrétaire à l’organisation et à la syndicalisation : Sékou Keïta

7-    Secrétaire à l’organisation et à la syndicalisation adjoint : Mory Traoré

8-    Secrétaire aux Relations Extérieures : Abdoulaye Konaté

9-    Secrétaire adjoint aux Relations Extérieures : Alpha Oumar Dia

10-    Secrétaire aux affaires sociales : Amara Kourouma

11-    Secrétaire adjoint aux affaires sociales : Mamadouba Camara

12-    Secrétaire aux conflits et négociations : Ibrahima T.

13-    Secrétaire adjoint aux conflits et négociations : Mamadou Abego Camara

14-    Secrétaire à l’Education et à la Formation : Maître Camara

15-    Secrétaire adjoint à l’Education et à la Formation : Mamadou Nabé

16-    Secrétaire à la Communication et à l’Information : Oumar Doumbouya

17-    Secrétaire adjoint à la Communication et à l’Information : Moussa O. Condé

Conseillers :

–          Nouman Kourouma

–          El Hadj Yacouba Touré

 

FEDERATION NATIONALE DU SYNDICAT INDEPENDANT DE LA CASSE

Secrétaire Général : Kémoko Fofana

Secrétaire Général adjoint : Toumany Sidibé

Autres membres : Louceny Kaba, Kabinet Camara, Mamadi Dansoko, Laye Baro Condé, Ibrahima Sory Doumbouya, Billy Kourouma.

Auditeurs : Mandian Keïta, Sidiki Konaté.

LA CONFEDERATION NATIONALE DU SYNDICAT INDEPENDANT EST COMPOSEE COMME SUIT :

 

Secrétaire Général : Youssouf Keïta

Premier Secrétaire Général adjoint : Kémoko Fofana

Deuxième Secrétaire Général adjoint : Dramane Diaby

Secrétaire à l’administration : Madame Marthe Diaby

CONTEXTE ET PREPARATION DU CONGRES

Il faut dire que le congrès s’est tenu dans une conjoncture nationale difficile après la 2ème grève des enseignants du SLEEG. Préparé depuis des années, après la constitution d’une coordination des syndicats les plus représentatifs du secteur, il n’a pu voir le jour qu’en Mars 2018. Plus d’une centaine de congressistes s’est ensuite rendue au siège à Yimbaya bougie pour entamer les travaux du congrès dont la première séance plénière s’est terminée par la répartition des participants entre les différentes commissions, dont les plus importantes sont celles du cahier revendicatif et des  différentes questions organisationnelles, en l’occurrence, le statut fondamental de la nouvelle confédération et celui des Unions régionales qui la composent. Le congrès dominé par la question d’organisation des rapports aussi bien sur le plan vertical entre les instances centrales et régionales de la nouvelle confédération et horizontal entre ces mêmes instances centrales et les différentes fédérations, qui la constituent, les débats ont donc consacré une place importante à cet aspect réglementaire de la future confédération. Un débat qui se justifie par le fait même que cette nouvelle confédération est fondamentale, porteuse d’un objectif de démocratisation, de modernisation et d’efficacité, dans l’action syndicale du moins au niveau des intentions. Les statuts instaurent notamment un fonctionnement plus strict de la vie syndicale avec des rythmes de réunions soutenues et un respect rigoureux des dates de tenue des congrès ; ils définissent aussi la limite des responsabilités, en particulier pour le Secrétaire Général. Les travaux du congrès se sont achevés par l’adoption des rapports des différentes commissions et l’élection pour chaque syndicat et chaque Union locale de leurs représentants au sein de la commission administrative de la centrale, selon la règle d’un élu pour un nombre défini de congressistes. A l’ouverture des travaux, Madame Marthe Camara a tenu à rappeler les actions organisationnelles et militantes entreprises par le conseil de coordination national des syndicats, Unions locales depuis quelques jours, qui ont donné lieu à la décision de fonder ‘’un nouveau cadre syndical démocratique, la Confédération Nationale du Syndicat Indépendant pour surmonter les dysfonctionnements qu’a connu le Syndicat Libre Indépendant’’. Une minute de prière a été faite par le sage de l’assistance au début. La casse n’est plus la violence mais une éclosion d’initiatives et génératrice de revenus a précisé Mr. Kémoko Fofana lors d’un entretien avec les journalistes. Monsieur Labilé Togba, représentant de l’Inspecteur Général de Travail a félicité les congressistes, au nom de l’Inspecteur Général de Travail empêché. Il a en outre rassuré les congressistes en déclarant que l’administration soutient cette initiative. Surtout qu’un projet du Ministère du Travail est en cours pour la mise sur orbite des travailleurs de la Casse. Une photo de famille des différentes composantes et du Bureau Confédéral Central a eu lieu.

Don de Dieu Agossou

No Comments