L’humanité célèbre ce jeudi, 22 Mars 2018, la Journée internationale de l’eau sous le Thème « l’eau : la réponse est dans la nature ». A l’occasion, le ministre guinéen de l’Energie et de l’Hydraulique, Dr Cheick Taliby Sylla a fait une déclaration dont voici l’intégralité

Chers compatriotes,

Ce 22 Mars 2018, la République de Guinée à l’instar des autres pays du monde, va célébrer la Journée Mondiale de l’Eau dont le Thème retenu cette année par les Nation-Unies est « l’eau : la réponse est dans la nature ».

Est-il besoin de rappeler encore que rien de tous les éléments de la nature, n’est plus nécessaire à la vie que l’Eau. Les ressources en eau, ainsi que la gamme de service qu’elles peuvent rendre, contribuent à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la sauvegarde de l’environnement durable.

Les défis de l’eau sont donc nombreux et représentent un lourd fardeau à relever au cours de ce 21ème siècle, autant pour la communauté Internationale que pour notre Etat en quête constante d’émergence.

Le choix du thème de cette année n’est donc pas fortuit et peut être justifié aujourd’hui par les dommages environnementaux, associés aux changements climatiques, qui sont à l’origine des crises liées à l’eau que nous observons dans le monde entier.

Les inondations, la sécheresse et la pollution de l’eau sont aggravées par la dégradation de la végétation, des sols, des rivières et des lacs. Si des dispositions conséquentes ne sont pas prises pour protéger nos écosystèmes, il deviendra difficile de fournir à tous l’eau dont nous avons besoins pour survivre et prospérer.

Les solutions basées sur la nature ont le potentiel de résoudre nombre de nos problème d’eau. Nous devons faire beaucoup plus avec l’infrastructure « verte » et l’harmoniser avec l’infrastructure « Grise » dans la mesure du possible.

La République de Guinée quant à elle, célèbre cette journée mondiale de l’eau dans un contexte marqué par une dégradation accentuée de jour en jour de l’environnement immédiat de nos cours d’eau, ce qui doit interpeller les acteurs à tous les niveaux.

En rappel, les principales conséquences de ce phénomène de dégradation de la nature sont entre autres :

– La perte du couvert végétal, engendrée par la fabrication du charbon de bois, les feux de brousse, l’agriculture itinérante entraînant la coupe abusive du bois ;

– L’ensablement de nos cours d’eau, causé par l’érosion hydrique ;

– La réduction drastique du débit de nos rivières et mares avec leur envahissement par les plantes aquatiques ;

– La destruction des berges et les lits des cours d’eau, par les activités anthropiques (fours à briques et activités minières artisanales à titre d’exemple) ;

– La déforestation et la disparition de nos galeries forestières et j’en passe.

Cette situation qui se perpétue a un impact négatif prononcé sur la préservation de nos ressources en eau que le pays partage par ailleurs avec la quasi-totalité des pays, en lui conférant une lourde responsabilité au plan sous régional dans le cadre de l’utilisation de l’eau pour répondre aux multiples besoins.

Pour pouvoir inverser cette tendance, nous avons besoins de ménager la nature, en plantant des nouvelles forets, en ressuscitant les rivières et les plaines inondables et restaurant les zones humides, afin de rééquilibrer le cycle de l’eau pour améliorer la santé et les moyens de subsistance de nos populations laborieuses.

L’Objectif de Développement Durable (ODD) N°6- garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau- s’inscrire aussi dans la même dynamique et notamment pour cible de réduire le moitié, la proportion des eaux usées non traitées et d’augmenter considérablement à l’échelle mondiale, le recyclage et la réutilisation sans danger de l’eau.

Voilà ainsi énumérer un ensemble de préoccupation qui sont inscrites effectivement à l’heure actuelle, au rang des premières priorités de développent du gouvernement de son Excellence Professeur Alpha Condé, Président de la République, Chef de l’Etat.

C’est pourquoi, l’année 2018 est déclarée, par Son Excellence Professeur Alpha Condé, Président de la République, comme « année de l’eau potable en Guinée ».

A ce titre le programme présidentiel « EAU POUR TOUS » prend en compte tous les aspects liés à la préservation des sources d’eau naturelles pour son utilisation rationnelle dans l’approvisionnement en eau potable des communautés villageoises et urbaines, entre autres ce programme se décline comme suit :

– POUR LE SOUS –SECTEUR eau urbaine :

  1. La réalisation du 4ème projet Eau de Conakry à partir de la source Bady BAKY pour une production journalière de 170.000m3 d’eau potable pour la ville de Conakry et périphérie ;
  2. La réalisation du projet de renforcement de la production d’eau potable pour la ville de Conakry à partir du barrage des Grandes Chutes de 86.000m3/j et la réhabilitation des conduites vétustes du réseau de distribution datant de 1903 ;
  3. La réalisation du projet d’urgence de renforcement de la production d’eau potable de la ville de Conakry de 50.000m3/j ;
  4. La réalisation du projet de réhabilitation des installations et ouvrages des sites de production d’eau potable de Conakry, ainsi que la réduction des pertes de revenus de la SEG ;
  5. La réalisation du projet d’adduction d’eau potable des 5 villes (Lola, Tougué ; Lelouma, et Gaoual) ;
  6. La recherche de financement pour la réalisation des travaux d’adduction d’eau potable des 3 villes restantes (Beyla, Fria, et Koubia) , pour un montant de 17,5 millions USD ;
  7. La recherche de financement pour la réalisation des travaux de réhabilitation et de renforcement des systèmes d’AEP des 25 villes équipées, pour un montant total estimé à 318 millions USD ;

Pour le sous-secteur eau rurale :

  1. La réalisation du projet de construction de 300 forages d’eau, 18 AEP et 2250 latrines dans les préfectures de Boké et Télimélé ;
  2. La réalisation du projet d’hydraulique rurale et assainissement dans les préfectures de Nzérékoré, Lola et Yomou.
  3. La réalisation du projet d’appuis au service public de l’eau
  4. La réalisation du programme de coopération Guinée-UNICEF
  5. La réalisation du projet d’AEP de 120 villages isolés
  6. La recherche de financement pour l’élaboration d’un nouveau programme national d’alimentation en eau potable et d’assainissement s’inscrivant dans la dynamique des ODD.

Ces objectifs nobles ne peuvent être atteints sans les ressources d’eau nécessaire que nous devons tous protéger.

Pour terminer, je tiens à remercier et encourager tous les acteurs nationaux, étatiques et non étatiques qui mettent tout en œuvre, pour la protection de nos échos systèmes, afin de garantir la fourniture d’eau aux différents secteurs de développement socio-économique et culturel de notre pays

Je voudrais enfin saisir cette opportunité, pour renouveler la profonde reconnaissance du gouvernement à l’endroit des partenaires techniques et financier bi et multilatéraux qui ne ménagent aucun effort, pour accompagner le pays dans son élan de vaincre la pauvreté.

Vive la coopération internationale !

Vive la Journée Mondiale de l’eau !

Que Dieu protège la Guinée !

La cellule de Communication du Département

 

No Comments