November 18, 2018

Les responsables  du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) ont animé ce samedi 27 octobre une assemblée générale au siège sis à Nongo, dans la commune de Ratoma. Cette communication était consacrée sur  le projet d’assainissement de la ville de Conakry initié par le gouvernement, la situation sociopolitique relative à l’installation des conseillers communaux dans le pays.

Pour Mohamed Kaba, coordinateur administratif du PADES  a fait son ras le bol concernant à la mise en place de cet assainissement. ‘’Vous avez constaté aujourd’hui, que la circulation était complètement paralysée. Depuis 6 heures, impossible de circuler à Conakry. Je pense que cela montre un peu ce que nous disons tous les jours, c’est-à-dire la qualité de la gouvernance. On propose des solutions qui créent plus de problèmes que des solutions aux problèmes qu’on veut résoudre.

Aujourd’hui, moi-même j’ai eu la peine de venir à cette assemblée parce qu’on veut nettoyer la ville. C’est bien, la ville doit être nettoyée, c’est une responsabilité du gouvernement, mais il faut faire attention aux meurettes qu’on propose parce que ce n’est pas des mesures qui vont nous permettre d’assurer la propreté de la ville de Conakry. Depuis combien de mois, on est en train de faire la même chose, est-ce que la ville est propre ? s’interroge- t-il.

La ville n’est pas propre, dit –il , mais en même temps la circulation est perturbée, complètement, soutient le secrétaire administratif .

En tout cas à écouter Mohamed Kaba, aujourd’hui, les élèves n’ont pas pu partir à l’école par ce que cette mesure existe. Je crois qu’il faut que le gouvernement revoie sa copie et qu’on propose pour Conakry, des mesures qui soient des mesures faisables partout.

Il a par ailleurs, dit que l’on nettoie la ville dans la nuit, dans toutes les grandes villes et le matin chacun vaque à ses activités. La population vie de façon quotidienne et on ne peut pas bloquer les gens le matin et les empêcher de partir à leurs services’’, di-t-il dit.

Quant à la question l’installation des élus locaux, a toute fois dénoncé l’accord politique qui, selon lui, est à l’origine de ces récentes violences survenues en Guinée. ‘’Depuis quelques jours, la tension qui monte est consécutive à l’installation des exécutifs communaux. Un calendrier a été établit, et des accords ont été signés entre certains partis comme d’habitude et finalement on se retrouve dans une autre crise que nous sommes en train de vivre. Cela veut dire que les accords n’ont servi à rien de tout, cela veut dire que les accords signés n’étaient pas des bons accords .Parce que, les accords n’ont pas tenu compte des réalités locales. Vous ne pouvez pas dans une élection locale, faire des décisions à l’insu  des principaux concernés, ça ne marche pas’’, a-t-il déclaré.

Naby Camara

No Comments