Alternance en RDC: quelle marge de manœuvre politique pour le nouveau président Tshisekedi ? | Radio-kankan

Félix Tshisekedi, chef du premier parti d’opposition l’UDPS, a donc été investi hier jeudi 24 janvier, cinquième président de la République démocratique du Congo. Un président qui va devoir composer avec un parlement et un Sénat dominé par le FCC, la coalition du pouvoir sortant Joseph Kabila et avec un Premier ministre issu de l’actuelle majorité. Dans ce contexte quels seront dans les faits, les pouvoirs du président ? Que prévoit la constitution congolaise ?

Parmi les pouvoirs que le président exerce seul, celui de diriger l’armée ; le droit de grâce aussi qui permet de réduire, commuer ou carrément effacer une peine de prison. Enfin le chef de l’Etat peut relever de ses fonctions son Premier ministre en cas de blocage
Pour le reste, rien ou presque ne se fait sans l’approbation du gouvernement. Que ce soit pour nommer ou révoquer d’ailleurs des officiers de l’armée, de la police, le chef d’état-major général, tous les postes au sein des forces de sécurité, les hauts fonctionnaires de l’administration, les responsables des établissements publics ou même les ambassadeurs… A chaque fois, selon la Constitution, le président devra avoir l’aval de son gouvernement.
Ce qui dans une configuration classique peut se révéler être une formalité peut aussi, en cas de cohabitation, devenir un véritable casse-tête. Dans ce contexte, Félix Tshisekedi aura t-il le pouvoir de réformer l’armée comme il s’y est engagé ? Alors qu’il ne dispose d’aucun soutien particulier au sein des services de sécurité et que les ministres pourront à chaque fois faire blocage ?
Même problème sur le volet économique où avoir la main pourrait s’annoncer difficile face à des ministres nommés là aussi sur proposition d’un premier ministre issu des rangs de la coalition du président sortant.

Rfi.fr

No Comments

© 2017 Radio Kankan, LLC. All Rights Reserved. Fièrement propulsé par : www.simer-gn.com