September 19, 2017

Face aux incidents présentés comme des cas d’épidémie de choléra enregistrés à l’hôpital préfectoral de Lélouma (article paru dans la presse), le Directeur Général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire a aussitôt réagi en entrant en contact avec la Direction Régionale de la Santé de Labé et la Direction Préfectorale de la Santé de Lélouma.

Il s’agirait plutôt de cas d’intoxication alimentaire comme source de ces cas de diarrhée.
Le récit des faits : « A la suite d’un repas collectif à l’occasion d’une cérémonie de mariage dans la préfecture de Lélouma, certaines personnes ont présenté une diarrhée plus ou moins importante. La plupart des malades ont été ainsi admis à l’hôpital préfectoral et pris en charge gratuitement. L’ERARE (Equipe Régionale d’Alerte et de Riposte aux Epidémies) basée à Labé, une fois alertée, a immédiatement rallié Lélouma et a pu faire un premier constat d’une probable intoxication alimentaire. L’investigation est en cours et sera finalisée aujourd’hui-même (lundi, 26 juin 2017) ».

En attendant, des prélèvements ont été effectués sur les malades et sont en cours d’acheminement pour les analyses appropriées. Au total 60 malades ont été pris en charge. Certains ont d’ailleurs regagné leur domicile. Pas de cas de décès.

Le DG de l’ANSS, Dr Sakoba KEITA, tient à préciser que « selon le RSI (Règlement Sanitaire International), on ne peut pas affirmer l’existence d’une telle épidémie sans confirmation au laboratoire d’analyses. D’autre part, suivant le Mécanisme de Gestion des Epidémies en Guinée, toute déclaration dans ce sens doit se faire par le Ministre de la Santé, membre du Gouvernement ».

Département Communication et Mobilisation sociale de l’ANSS

No Comments