Ministre de la Jeunesse ,Moustapha Naité fait la mise en place du Conseil national des jeunes de Guinée CNJG.

Dans le cadre de la mise d’une structure faitière en faveur des jeunes guinéens, le ministre de la jeunesse, et de l’emploi jeune Moustapha Naité, a conféré ce mercredi 10 mai 2017 avec la presse, dans son département pour partager les démarches liées à la mise en place du conseil national des jeunes de Guinée CNJG.

Pour le ministre la problématique du conseil national des jeunes de Guinée, est une structure faitière des organisations de jeunesse qui est un organe consultatif entre les pouvoirs publics et les représentants de la jeunesse elle-même, elle est aussi l’un des problèmes majeurs auquel les jeunes guinéens sont confrontés, c’est bien le renforcement du cadre institutionnel des organisations de jeunes. Aujourd’hui, nous assistons à la prolifération des associations et autres groupements de jeunes. Or, nous voulons aujourd’hui, que la jeunesse guinéenne mérite d’être organisée. Car le constat atteste que, depuis d’une décennie, les associations et réseaux de jeunes, qui se créent ça et là, se livrent à un combat de leadership. Alors qu’en réalité, aucune d’entre elles, ne peut prétendre, dans les faits, représenter la majorité, encore moins faire l’unanimité.

Pour la petite histoire, la première expérience remonte en date de 1996 avec la mise en place du premier bureau. Puis en 2000, avec la mise en place de la deuxième structure à Dabola. Celle-ci fonctionnera jusqu’en 2005. En 2007, il y a eu une tentative de mise en place d’une nouvelle structure faîtière. Celle-ci se soldera par un échec à cause de la récupération politique créant une crise de leadership. Jusqu’à ce jour, aucune structure faitière mise en place par les jeunes pour les jeunes eux-mêmes n’a véritablement pris corps en Guinée. Nous souhaitons combler ce vide ».

On se pose la question de savoir quelles sont les étapes de la mise en place du CJNG ? ce processus explique le ministre, s’articulera autour de deux grandes phases. « Une phase préparatoire et une phase d’exécution. Mais avant tout cela, il y a un préalable. Donc, La création du CNJ passe forcément par la rédaction de projets de textes juridiques, l’organisation d’ateliers d’appropriation de ces textes dans toutes les régions, puis des ateliers d’amendements desdits textes au niveau des préfectures et communes du pays, et enfin un atelier national de validation des textes suivi d’une large campagne médiatique d’information et d’explication des textes .»
C’est dans les mêmes odres d’idées que le ministre Moustapha a dit que le CJNG n’est pas un outil politique, ni un organe d’opposition au gouvernement, encore moins un organe de substitut du ministère de la jeunesse, ni enfin un instrument de revendication politique. C’est, au contraire, un organe représentatif des jeunes, un interlocuteur légitime entre le gouvernement, représenté par le ministère de la jeunesse et les organisations des jeunes et un cadre d’échanges, de concertation et d’action. Donc, cette structure est un organe consultatif entre le pouvoir public et le jeunes il sera le seul interlocuteur, officiel, légitime, de l’Etat et des institutions », a-t-il en outre précisé.

Parlant du processus de mise en place de cet organe, Moustapha Naité a expliqué long en large que cela passe par la rédaction de projets de textes juridiques, l’organisation d’ateliers d’appropriation de ces textes dans toutes les régions naturelles, des ateliers d’amendements desdits textes au niveau des préfectures et communes du pays, un atelier national de validation des textes et une large campagne médiatique d’information et d’explication des textes et du processus de mise en place du Conseil National de la Jeunesse.
Ce processus mettra alors fin à l’imbroglio actuel au sein de la jeunesse guinéenne où les leaders des jeunes s’autoproclament et agissent en toute confusion et en toute illégitimité. Le CNJ aura un rôle consultatif auprès du département de tutelle et donnera son avis sur les grandes questions et orientations de l’heure. Le Conseil National de la Jeunesse doit être un organe consultatif vis-à-vis des pouvoirs publics et représentatifs de la jeunesse. La mise en place de cette structure faîtière de la jeunesse, a en croire le ministre, est l’une des recommandations de la Charte africaine de la jeunesse, ratifiée par la Guinée en juin 2011. C’est aussi l’une des recommandations issues de la Consultation Nationale des Jeunes, organisée en 2015, a fait savoir le ministre.
Pour terminer, Moustapha Naité, a déclaré que le CNJG a un rôle d’encadrement et de supervision , dans cette démarche ce processus tel qu’il est présenté a été validé par le Conseil des Ministres du mois d’avril dernier.

NABY CAMARA
NABY MOUSSA SOUMAH